13 heures

Avis aux amateurs de polars et aux fans : le nouveau livre de Deon Meyer vient de sortir. Je me suis jetée dessus sans trop tergiverser car j’ai lu tous les précédents et n’ai pas été déçue, loin de là.

13 heures. C’est le temps qui s’écoule entre le début et la fin du livre.

Ce nouvel opus commence avec une course-poursuite. Il est cinq heures du matin. Une jeune touriste américaine est traquée par une groupe d’hommes, prêts à tout pour la retrouver et qui ne paraissent pas animés de bonnes intentions… Un peu plus tard, Benny Griessel, inspecteur à la brigade des homicides du Cap est réveillé en sursaut. On l’appelle d’urgence sur le lieu d’un crime. Une femme a été retrouvée la gorge tranchée. Puis une heure et demie plus tard, une autre femme se réveille d’une longue nuit alcoolisée pour découvrir son mari, mort à côté d’elle. Evidemment, elle ne se souvient de rien…

Benny Griessel traverse les romans de Deon Meyer, tantôt personnage principal, tantôt secondaire. Ancien alcoolique, il tente d’arrêter de boire pour sauver son mariage et pouvoir retourner vivre avec sa femme. Il attend une promotion et, dans cette police complètement transformée, en raison de la discrimination positive, il peine à trouver sa place. Son supérieur, en attendant, l’a chargé de former les recrues prometteuses du service. Il doit composer avec les caractères et les origines sociales des uns et des autres, superviser trois enquêtes à la fois. Ses idées se brouillent. La tentation d’un verre n’est pas loin. C’est trop pour un seul homme. Cependant, il ne mollit pas. Une vie est en jeu, celle d’une jeune femme qui pourrait presque être sa fille. Alors Benny court, toute la journée… et le lecteur, les mains et les yeux littéralement ligotés, ne peut pas s’empêcher de le suivre.

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire pour ne pas risquer de la déflorer. L’univers de Deon Meyer est captivant et dépaysant. Ses personnages, bien bâtis, ont de l’épaisseur et une humanité qui touche le lecteur. Les décors, dans une Afrique du Sud en pleine mutation, sont toujours finement décrits et on a l’impression d’y être, de mieux comprendre, aussi, les enjeux de cette société qui essaie de bâtir une nouvelle entente sans laisser libre cours à la colère, qui court toujours ici et là.

C’est un très bon polar pour lequel on hésite : doit-on se laisser captiver et le lire d’une traite ou bien le savourer, petit à petit, en prenant garde d’en laisser un peu pour les jours suivants?

Le dilemme de tous les amateurs de bons livres! 😉

Le site de Deon Meyer pour ceux qui voudraient des photos des lieux décrits dans les romans…

13 heures, Deon Meyer, Seuil Policiers, 25€

 

Publicités

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s