Quand souffle le vent du nord…

Quand Emma envoie un mail pour résilier un abonnement à un magazine, elle ne sait pas qu’elle se lance dans une grande partie de cache-cache amoureux. Alexandre Jardin en a rêvé, Daniel Glattauer l’a fait : une histoire où un homme et une femme se découvrent et apprennent à se connaître et pour finir s’avouent leur amour, sans s’être jamais vus!

L’amour est-il soluble dans la réalité? C’est en tout cas ce que pensent les deux héros de ce monologue hyper-moderne puisqu’ils décident de ne pas se rencontrer autrement que virtuellement. Emma et Léo, entament donc, par hasard, une longue conversation par mails interposés. Peu à peu, la distance s’estompe, ils se font des confidences, entament un jeu de l’amour fait de fantaisie et d’adorables inventions. Très vite, ils deviennent indispensables l’un à l’autre et leurs journées ne sont bientôt plus rythmées que par les petits mots qu’ils s’envoient. Tout le reste s’estompe…

Très belle réflexion sur l’amour et sur ce qui le nourrit, sur les fantasmes et le besoin vital de mystère, de surprise dans la vie, comme un piment pour saupoudrer le réel et le rendre moins terne, le roman de Daniel Glattauer se lit à une cyber-vitesse. Les mails s’enchaînent sans jamais lasser car petites péripéties, rebondissements originaux et volte-face ponctuent le récit, maintenant intact et vif l’interêt du lecteur. Ce roman infiniment romantique et drôle, que Marivaux apprécierait sûrement, ravira toutes les princesses au petit-pois qui se cachent dans les corps adultes des femmes libérées, indépendantes et responsables car les héros charmants de ce roman représentent, dans notre imaginaire, rien moins que l’idéal amoureux après qui tout le monde court!

Merci à Clara qui fait voyager son livre! Il part ensuite chez Aifelle…

Quand souffle le vent du nord, Daniel Glattauer, Grasset, 18€

Les autres avis enthousiastes de KeishaClaraFashionLeiloona et bien d’autres à découvrir en surfant… Brize, elle, n’a pas vraiment apprécié.

PS : un roman qui plait autant aux femmes qu’aux hommes puisque j’ai entendu mon mari s’esclaffer à de nombreuses reprises alors qu’il était plongé dedans… Et dire que j’ai presque dû le forcer pour qu’il accepte de goûter les premières pages!

Publicités

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s