La cérémonie d’hiver

Eden est une jeune femme un peu sauvage. Issue d’une tribu indienne, elle vit seule, en compagnie de son aigle, dans une réserve, à Vancouver. Fougueuse, intrépide, elle aime la solitude et ne veut dépendre de personne. La seule qui comptait pour elle était sa grand-mère, Violett. Mais voilà, Violett, qui a manifesté contre la construction d’une autoroute, s’est retrouvée en prison. Là, elle a attrapé la tuberculose et en est morte. Eden, absente à ce moment-là, n’a même pas pu lui dire au revoir. Alors, avant de rejoindre la nature sauvage des confins du Canada, il lui  reste un acte à accomplir : venger sa grand-mère.

Sa première victime sera la juge qui a expédié son aïeule en prison. La seconde sera ce prêtre qui, jadis, dans une de ces fameuses « residential school » où les blancs s’efforçaient de « tuer l’indien » qui sommeillait dans les enfants (« kill the Indian in the child ») arrachés à leur famille, à leur tribu, a tenté de violer puis tué l’amie de Violett. Aidée de son aigle, Eden va accomplir cette vengeance, qui est pour elle, un art.

Ce roman, basé sur faits réels, possède en germe suffisamment de thèmes et d’éléments pour en faire une grande histoire. Hélas – est-ce parce qu’il est réservé aux adolescents? – il ne fait que survoler les sujets, les personnages, les époques. Même pas cent pages, dans un petit format, c’est court pour traiter de la situation des Indiens en Amérique du nord, des liens de filiation, de la vengeance, du bouclier de la Loi que les Blancs ont agité et agitent encore pour justifier leurs actes… Je suis donc restée sur ma faim mais les éléments mentionnés dans ce court opus, concernant l’histoire des Indiens, m’ont donné envie d’en savoir plus…

La cérémonie d’hiver, Elise Fontenaille, éditions du Rouergue, 6,50€

Publicités

10 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle dit :

    Certains éléments de ce roman me font penser au « chemin de âmes » où sont évoquées les écoles où les blancs « cassaient » tout ce qui était indien chez les enfants. Puisque ce n’est pas plus étoffé que çà, je passe ..

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Aifelle : le thème est passionnant… j’ai vraiment été déçue qu’il soit traité si brièvement.

  2. clara dit :

    Ma PAL te dit merci…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : et mon blog lui répond « You’re welcome, my dear! » 🙂

  3. keisha dit :

    Mouais, bon, je vais préférer du plus consistant, sur ce thème.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : Aifelle a évoqué Le chemin des âmes… Dans la littérature anglo-saxonne, il y a peut-être des romans sur ce sujet, il faudrait se pencher sur le cas!

  4. keisha dit :

    Oui, Bowden, Erdrich ou un autre dont le nom m’échappe, ah Sherman Alexie!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : merci pour les références, je vais regarder ça de plus près…

  5. Armande dit :

    Mon amie Christine, documentaliste au collège où j’enseigne, me prête souvent les romans qu’elle achète pour qu’on recoupe nos impressions. J’ai trouvé effectivement que les thèmes étaient seulement esquissés mais ce qui m’a surtout perturbée, c’est l’absence de recul de l’auteur par rapport à la vengeance qui amène Eden à tuer. Ce livre, destiné à un public adolescent, présente son action comme une réponse somme toute assez adéquate au mal que les Blancs lui ont fait.

    1. Gwenaelle dit :

      Oui, tu as complètement raison. Même le flic à ses trousses semble très complaisant par rapport à son geste…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s