Le père de la petite

Il n’est jamais trop tard pour découvrir un auteur! La tenue du salon du livre de Carhaix m’a donné envie de lire au moins un des livres de Marie Sizun, qui y participe chaque année. Le père de la petite est son premier roman. Un roman court mais fort…

La petite, qui s’appelle France, est née pendant la guerre. Elle n’a jamais connu son père et a vécu quelques années idylliques, seule avec sa mère. Quand la guerre se termine, le père revient. L’arrivée de celui qu’elle considère comme un intrus bouleverse la vie de la petite. Elle, qui avait auparavant toute liberté pour suivre ses caprices et n’en faire qu’à sa tête, se retrouve soudain tétanisée par cet homme qui se met en colère et crie et décrète qu’elle ne peut plus faire tout ce qui lui plaisait, comme avant. Elle le déteste, ce géant qui lui gâche la vie et lui vole sa mère. Mais peu à peu, père et fille s’apprivoisent et bientôt la petite se rapproche de celui qu’elle se met à appeler spontanément Papa. Elle devient « sa » petite et lui confie tous ses secrets… Secrets bien lourds et dont elle ne mesure pas l’étendue, qui vont irrémédiablement bouleverser sa vie et celle de ses parents…

Marie Sizun ne s’embarrasse pas de mots inutiles pour dire l’amour, l’incompréhension, le désespoir, le lent éloignement… A l’image des aquarelles du père, elle se contente d’évoquer à demi-mots les conséquences des soubresauts de l’Histoire sur une famille ordinaire. Tout est raconté à hauteur d’enfant, avec cette lucidité mêlée d’innocence qui séduit et fait des ravages. Il y a beaucoup d’amour dans ce court roman, d’amour incompris, non-dit, violent et désespéré. Un livre à la fois sombre et lumineux sur les rapports père-fille et qui saisit en peu de mots l’exacte intensité de ce lien particulier.

Le père de la petite, Marie Sizun, Arléa, 15€

Publicités

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. clara dit :

    As tu aimé son écriture?

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : oui, beaucoup. Elle a un style qui me parle!

  2. sylire dit :

    Je vois que tu es aussi sensible que moi à l’écriture de Marie Sizun… Super !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : dans celui-là, notamment, j’ai beaucoup aimé sa manière de dire « entre les lignes », par ces phrases incompréhensibles pour elle que la petite entend…

  3. keisha dit :

    Le seul que j’aie lu, mais pas le dernier, je l’espère!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : depuis, j’ai lu Plage et j’ai dans mes réserves, La femme de l’Allemand, en lecture commune pour le 15 décembre. Peut-être cela te donnera-t-il envie… 😉

  4. Joelle dit :

    C’est ce titre que j’ai acheté et fait dédicacer à Carhaix 🙂

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Joëlle : un premier roman mais qui a sans doute infusé pendant des années…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s