Twenties Girl

Lire des romans « girly », ce n’est pas vraiment dans mes habitudes. Et puis les couvertures des livres en anglais sont tellement niaises – n’ayons pas peur des mots – qu’elles jouent parfois le rôle de repoussoir. Mais là, je ne sais pas, est-ce l’effet magique de mes lunettes fuchsia en forme de cœur ou bien un abus de sherry un soir de blues, j’ai décidé de me lancer dans un roman écrit par celle qu’on ne présente plus au royaume de Barbie et de Prada : Sophie Kinsella.

Lara Lington est dans cet âge incertain situé entre la vingtaine et la trentaine. Elle croit tout savoir et n’a, en réalité, rien compris à la vie. Elle doit faire face à plusieurs problèmes : son nouveau boulot de chasseuse de tête, qu’elle doit désormais assumer seule puisque son associée est restée bloquée à Goa avec un bel éphèbe amateur de cocktails, son ex-boyfriend qu’elle aime d’amour vrai et qu’elle voudrait reconquérir à tout prix, quitte à se rouler par terre en lui léchant les pieds, ses parents qui s’inquiètent, à raison, pour sa santé mentale et son oncle Bill, sorte de Robert Maxwell du café… Mais le problème le plus urgent, quand le livre commence, c’est de se débarrasser vite fait de l’enterrement de sa grand-tante Sadie, qu’elle n’a pas connue, qui n’était pour elle qu’une vieille chose fripée et dont elle se moque éperdument.

Mais alors que la cérémonie débute, Lara entend une voix qu’elle identifie comme celle de Sadie, cette grand-tante quasi-inconnue. Non, elle ne rêve pas. Le fantôme de Sadie, sous son enveloppe de jeune fille de 27 ans est bien à côté d’elle et il réclame qu’on l’aide à retrouver son collier. Evidemment, Lara, écervelée mais bonne poire, va tenter d’aider son aïeule et se lancer dans la recherche du bijou. Ce qui va amener d’étranges bouleversements dans sa vie…

Dans le rôle de la gourde têtue : Lara. Dans celui du mentor : Sadie. Eh oui, vous l’avez compris, cette « quête », comme dans tout bon roman de « quête » qui se respecte, va être l’occasion pour Sadie de donner à sa petite nièce quelques leçons sur l’amour, l’audace, le bonheur et la vie. Le lecteur s’amuse – même s’il a parfois envie de secouer Lara qui s’empêtre sans ses mensonges et n’assume jamais totalement ses actes – et suit avec une sorte de sourire disneyéen ces aventures à paillettes. Sous l’apparente légèreté de l’histoire, affleurent des questions existentielles et les rebondissements divers et variés maintiennent l’intérêt en éveil. Certaines descriptions – Diamanté, la cousine de Lara ou bien le service d’ordre de l’oncle Bill – valent le détour. La réflexion sur l’âge et le vieillissement est intéressante. Quant au dénouement – couleur rose bonbon bien sûr – il laisse dans la bouche un parfum acidulé qui s’accorde bien à cette période de fêtes où l’on a envie de dégouliner de gentillesse… Et comme j’ai la fâcheuse tendance d’être bon public, je n’ai pas boudé mon plaisir… Yes, I confess…

Un extrait. Sadie essaie de convaincre cette mule de Lara de lâcher définitivement son ex et de trouver un autre petit ami pour se consoler.

« I don’t want several lovers I say mulishly. I want Josh

– Well you can’t have him! Give up!

I’m so, so, so sick of people telling me to give up on Josh. My parents, Natalie, that old woman I got talking to on the bus once…

– Why should I give up? My words fly out on a swell of protest. « Why does everyone keep telling me to give up? What’s wrong to sticking to one single goal? In every other area of life, perseverance is encouraged! It’s rewarded! I mean, they didn’t tell Edison to give up on light bulbs, did they? They didn’t tell Scott to forget about the South Pole! They didn’t say « Never mind, Scotty, there are plenty more snowy wastes out there ». He kept trying. He refused to give up, however hard it got. And he made it!

I feel quite stirred up as I finish, but Sadie is peering at me as though I’m an imbecile.

– Scott didn’t make it, she says. He froze to death.

I glare at here resentfully. Some people are just so negative. »

Twenties Girl, Sophie Kinsella, Black Swan

Publicités

14 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. keisha dit :

    Ben oui, tu l’as lu uniquement pour améliorer (ou parfaire) ton anglais, isn’it? Good girl!
    Moi j’ai bien rigolé avec l’accro du Shopping.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : j’ai amélioré mon anglais mais aussi pas mal gloussé… 😉

  2. choupynette dit :

    encore jamais lu l’auteure. Je ne suis pas toujours super fan de ces auteurs… mais certaines lectures sont vraiment sympa cela dit.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Choupynette : du divertissement plus que de la littérature mais on ne peut pas toujours naviguer dans les hautes sphères… 🙂

  3. Aifelle dit :

    J’ai lu avec plaisir plusieurs de ses romans quand elle s’appelait Madeleine Wickham. Curieusement, je n’ai pas du tout envie de lire Sophie Kinsella, comme si elle avait perdu quelque chose en route ..

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Aifelle : tiens, elle a changé de nom? Je ne savais pas…

  4. zarline dit :

    Je n’ai toujours pas lu cette auteur mais je crois avoir L’accro du shopping quelque part. Un ptit chick lit de temps en temps, ça ne fait de mal à personne 😉 Et je suis totalement d’accord avec toi pour une grande partie des couvertures anglophones: j’en ai parfois presque honte dans les transports publics 😉

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Zarline : une lecture dans l’air du temps, légère comme un flocon…

  5. Joelle dit :

    Il est dans ma PAL … j’aime bien ce genre de lecture de temps en temps 😉 Elles permettent de passer agréablement le temps sans se prendre la tête et en rigolant un bon coup !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Joelle : je confirme, j’ai ri… mais j’ai parfois eu envie de botter le cul de la miss! Eh oui, je suis comme ça moi, pas vraiment patiente ni tolérante! 😉

  6. Aifelle dit :

    Elle a d’abord écrit sous son nom véritable, Madeleine Wickham, puis pour une raison que j’ignore elle a fait paraître des romans sous le pseudonyme de Sophie Kinsella, sans révéler que c’était la même personne. Cà ne fait pas si longtemps que çà qu’elle l’a dit.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Aifelle : il y a peut-être un nom pour les livres sages et un autre pour les livres fous-fous…

  7. sylire dit :

    Pas trop tentée mais bon…soir de blues, qui sait !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : c’est entre la comédie romantique et le théâtre de boulevard… on rit, c’est sûr!

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s