Le ciel est immense

le

La narratrice aura bientôt soixante ans. Elle se sent flétrie et a l’impression d’être passé à côté de l’amour et du reste. Aussi, elle préfère s’arrêter là. En finir avec cette vie qui lui pèse… Elle se rend dans un hôtel, dans une station balnéaire endormie et projette de se noyer dans la mer. Mais un jeune garçon curieux va débouler dans sa vie et l’obliger à différer son projet. Comme dans cette histoire universellement connue qu’est le Petit Prince, le dialogue entre la femme et l’enfant s’instaure. Et, un peu malgré elle, un peu pour avoir la paix, elle va s’engager à répondre à quatre questions que l’enfant se pose sur les choses de la vie. Durant ces quelques jours – un jour par question – c’est toute sa vie qu’elle va revoir. Sa vie non pas terne et flétrie, comme elle la voyait à travers son regard déformé. Mais la vie à travers les yeux de ce garçon, un peu sauvage et étrange, qui n’est peut-être, après tout, que le reflet de l’enfant qu’elle a été…

Ce roman de Marie Sabine Roger, publié en 2002, surprend par la richesse de son écriture. La tonalité d’ensemble est très différente de celle de La tête en friche. C’est à un questionnement essentiel sur la vie, ce qui la fait, ce qui la remplit, ce qui la détruit aussi, auquel nous convie ici l’auteur à travers ce personnage de femme sensible et blessée. Une histoire dont le charme opère à travers le foisonnement des mots et la délicatesse des personnages. Voici un extrait que j’aurais pu signer… je ne l’aurais pas mieux dit :

Je n’ai jamais su définir mon type d’homme. Beaucoup auraient pu l’être. Peu le furent vraiment. Je m’attache au détail, au superflu, à l’accessoire : la voix, le sourire, les mains. Ce qui m’émeut pourrait passer inaperçu. Je m’attendris pour une gaucherie, une timidité. J’aime les hommes pour leurs failles, leurs doutes, leurs défaites. Les hommes trop sûrs d’eux m’agacent. Les ignorer, c’est un plaisir puissant. Ce qui me séduit est toujours indicible. Je ne peux conjurer ce sort qui, je le sais, inévitablement m’aliène : je suis touchée au cœur par la vraie gentillesse. La douceur m’est un piège fatal, une glu.

Le ciel est immense, Marie Sabine Roger, Le relié (disponible à la médiathèque de DZ bien sûr!)

Advertisements

18 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. je crois que les livres de marie sabine roger sont aussi à ma médiathéque.Noté !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Miss Orchidée : j’avais lu La tête en friche et celui-là ensuite. Deux ambiances et deux styles totalement différents. Une auteure qui n’a pas fini de nous surprendre…

  2. Aifelle dit :

    Je n’en ai pas particulièrement entendu parler de celui-là, je note, il me plaît bien. Ta photo est à tomber !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Aifelle : merci! Il m’a beaucoup plu et j’ai particulièrement aimé la richesse du texte.

  3. keisha dit :

    Jamais lu cet auteur, mais ce roman me plairait bien… Le ton a l’air différent, justement

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : oui, ça commence mal mais peu à peu, le personnage et le lecteur vont vers la lumière… Une belle histoire.

  4. sylire dit :

    J’aime beaucoup l’extrait (et ce que tu en dit !).

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : c’est étonnant de voir comme on peut avoir des points communs avec certains personnages! 😉

  5. sylire dit :

    euh… ce que tu en diS !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : moi aussi parfois j’en fais dans les commentaires, des fôtes, mais, honte à moi, je ne corrige même pas! Et après, ça se dit écrivain public… eh bé… 😉

  6. lucie dit :

    je note, il me tente !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Lucie : il devrait te plaire car il pose beaucoup de questions et y répond d’une certaine façon…

  7. kathel dit :

    Moi aussi, je craque pour l’extrait… si vrai (en ce qui me concerne !) et je note !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Kathel : eh bien voilà, nos Princes Charmants ont le mode d’emploi désormais… 😉

  8. Joelle dit :

    Je n’ai lu que La tête en friche de cette auteure … j’ai peur de moins aimer ses autres livres à cause des thèmes qui me paraissent plus sombres !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Joelle : ça commence un peu gris mais ça finit dans la lumière… donc pas de risque de déprimer! 🙂

  9. Yspaddaden dit :

    Je ne sais pas comment il se fait que j’ai ce livre-là dans ma PAL… pas vraiment pour moi et pas envie de le lire…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Ys : Voilà qui est curieux, en effet… 🙂

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s