Le polygame solitaire

Si, dans la famille Richards, vous demandez la fille, vous risquez de vous retrouver avec pas moins de … quinze cartes. Eh oui, Golden Richards est un fondamentaliste mormon pur jus : il a quatre femmes et une trentaine d’enfants.

Parce qu’en écrivant un tel livre, il était impossible de suivre autant de personnages, Brady Udall s’est focalisé sur quatre d’entre eux : Golden, évidemment, privé d’enfance et d’éducation et qui ne retrouvera son père qu’à la fin de l’adolescence, Trish, la dernière épouse, qui se sent négligée et doute du bien-fondé de ses choix et de sa capacité à procréer, Beverly, la première épouse et enfin Rusty, un enfant perdu dans cette grande famille et qui n’accepte pas de se contenter des miettes d’amour qu’on lui donne.

C’est une grande fresque que peint ici Brady Udall sur ces familles « pas comme les autres » que sont les polygames. Pas comme les autres… et pourtant traversant les mêmes problèmes que les autres mais à la puissance 10! C’est peut-être ce qui explique l’envie de Golden d’échapper un peu à cette jungle familiale, dévoratrice d’énergie. Les épouses qui se chamaillent, les enfants qui font des bêtises et réclament de l’attention, les maisons (3) qui ont des problèmes de chauffe-eaux, les salles de bains qui ne sont jamais libres : de quoi épuiser un homme. Il prend donc le prétexte d’un chantier lointain pour passer plusieurs jours dans une petite caravane exigüe (Golden a un format XXL). C’est là qu’il fait la connaissance de Huila dont il croit tomber amoureux… Ce qui l’oblige à s’interroger sur lui-même et sa capacité à tout mener de front. Et pendant ce temps-là, dans ses maisons, la situation évolue et pas dans un sens très favorable… De plus, le responsable de la communauté s’est mis en tête de lui faire épouser une cinquième femme.

Le Polygame Solitaire aborde aussi la question des essais nucléaires dans cette partie des Etats-Unis (désert du Névada) et leur conséquences désastreuses sur la population locale, ni prévenue, ni protégée.

Il y a de magnifiques passages, de très belles réflexions et surtout le portrait incroyable d’une famille où, malgré les dissensions, malgré les deuils, malgré les erreurs, tout le monde se serre les coudes…

Si vous aimez John Irving, alors fondez sur ce Polygame solitaire. Drôle, émouvant, étonnant : il vous enchantera…

Un petit extrait qui m’a fait sourire :

Jusqu’à l’âge de douze ans, en convenaient les mères, ils [les garçons] étaient aussi insupportables et inutiles qu’une bande de chats sauvages. Les filles valaient mieux à tous points de vue : plus serviables, plus calmes, plus responsables et plus intelligentes. Des différences qui, malheureusement, ne semblaient pas beaucoup s’atténuer quand les filles devenaient femmes et les garçons, hommes. Les femmes de l’Eglise en parlaient entre elles, le plus souvent sur le ton de la plaisanterie, et elles considéraient qu’il s’agissait d’un des grands mystères de Dieu : pourquoi, dans Son immense sagesse, avait-Il décidé de donner le pouvoir aux hommes?

Merci à Clara et à Keisha qui m’ont séquestrée pendant dix jours, privée de nourriture et de lumière, soumise à des tortures raffinées et à un chantage éhonté (on ne sera plus tes copines…) jusqu’à ce qu’enfin, j’accepte de lire ce livre…

Le polygame solitaire, Brady Udall, Albin Michel, 24€

Publicités

28 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Anne dit :

    J’avais bien aimé le Edgar Mint de Brady Udall, et ce livre m’est déjà tombé entre les mains. Mais j’attendrai soit la bibli soit la parution en poche. Ton billet confiirme mon intérêt (et aussi que Clara et Keisha, c’est sûr, ça se sent rien qu’à les lire qu’elles sont des femmes cruelles).

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Anne : moi aussi j’avais aimé Edgar Mint… Clara et Keisha sont terribles, surtout si elles s’associent! 😉

  2. zarline dit :

    Clara m’avait déjà convaincue (plus facilement que toi apparemment ;-)) mais j’ai déjà Edgar Mint dans ma PAL donc je pense commencer pas là.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Zarline : Je garde un très bon souvenir d’Edgar Mint. Le polygame solitaire est une sacrée somme à côté… d’où ma résistance (faible…)

  3. kathel dit :

    Je n’étais pas trop tentée par Edgar Mint, Dieu seul sait pourquoi ( 😉 ) mais celui-ci me fait de l’oeil… et comme il se trouve dans mes biblis préférées…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Kathel : il y a des chances pour que tu le lises très bientôt alors… 😉

  4. constance93 dit :

    comme quoi, des fois, le chantage c’est utile ^^
    lecture un peu trop longue pour moi en ce moment, je suis sur des lectures assez courtes, et j’ai plusieurs partenariats à honorer… Mais je note dans un coin de ma tête, j’ai lu de très bons billets dessus, dont le tien.
    à bientôt !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Constance : oui, c’était un chantage très profitable, surtout pour la victime… 😉 C’est vrai qu’il faut du temps si on veut s’attaquer à cette montagne de Polygame… Quel homme! 😉

  5. clara dit :

    nous ? Nous sommes de véritables anges… (!)

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : mais oui, bien sûr, vous zêtes zadorables! 😉

  6. Océane dit :

    J’aime John Irving, et c’est vrai qu’il y une vraie parenté 🙂 Et puis de toute façon, Edgar Mint c’était fabuleux!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Océane : prévois juste une semaine de total isolement pour lire tranquille… 😉

  7. sylire dit :

    J’en ai entendu parler (en bien !) samedi et je dois dire que je plutôt tentée… Combien de pages ?

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : ouh là… plus de 700 chère madame! A lire quand tu auras le temps… c’est à dire… euh… enfin…

  8. keisha dit :

    J’adore ton introduction de billet, très drôle.
    C’est quoi cette réputation que tu nous fais? On a à peine insisté, la légèreté , ça nous connait, jamais de sous entendus, rien rien, m’sieur le juge.
    D’ailleurs : on avait raison!!!!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : la fin justifie les moyens, n’est-ce pas? 😉 Non, j’ai totalement déliré sur ce dernier paragraphe mais il faut bien mettre un peu de piment dans les billets, sinon on s’ennuie… 😉

  9. Yv dit :

    Déjà avec une maison, des enfants et une femme ce n’est pas tous les jours facile. alors, là, je dis chapeau !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Yv : tu m’étonnes! 😉

  10. gambadou dit :

    Super ! j’avais une réunion de mon groupe littéraire hier et l’une d’entre nous l’a acheté… Ça ne sera pas une lecture avant septembre, mais j’ai hâte…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Gambadou : c’est un livre dense, dans lequel on n’a pas de mal à trouver son bonheur…

  11. Fransoaz dit :

    « .. plus serviables, plus calmes, plus responsables et plus intelligentes. » On parle de moi dans le bouquin?
    Ce gros livre est mon cadeau (que je me fais) pour honorer l’arrivée des vacances. Tous les prétextes sont bons!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Fransoaz : Mais oui, on parle de toi! 😉 Tu as raison de te faire des cadeaux, c’est bon pour le moral! 🙂

  12. dasola dit :

    Bonjour, je ne peux pas dire que j’ai adoré mais le sujet est intéressant. Je regrette qu’il ne se soit pas attaché à plus de personnages, sinon, je ne vois pas l’intérêt de la généalogie en début de roman. L’enfance de Golden et tous les passages sur les essais de la bombe sont vraiment bien. En revanche, je n’ai pas compris pourquoi Golden est devenu mormon (sauf pour faire comme son père) mais ce n’est pas clair. Le destin de Rusty est terrible. Bonne journée.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Dasola : Rusty est très attachant et sa fin tragique… J’ai moins accroché à celui-là qu’au Destin Miraculeux d’Edgar Mint toutefois…

  13. Manu dit :

    Dès la sortie en poche, je me jette dessus, j’avais beaucoup aimé Edgar Mint (même s’il n’arrive quand même pas au niveau de John Irving 😉 )

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Manu : j’ai bien aimé le Polygame mais j’ai préféré Edgar Mint…

  14. Joelle dit :

    Je l’ai noté car j’aime bien ce genre de livre et puis, le sujet n’est pas commun non plus 😉 Mais je vais quand même d’avoir lire l’autre titre de cet auteur qui m’attend depuis des années dans ma PAL !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Joelle : oui, depuis le temps qu’Edgar Mint est sorti, il doit somnoler sur tes étagères depuis longtemps!

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s