Ecrire et être femme…

J’avais envie de partager avec vous quelques extraits de Lait Noir, d’Elif Shafak, auteure turque, qui aborde dans ce livre la manière de concilier (ou pas) écriture et maternité…

Une règle est restée inchangée jusqu’à nos jours : les écrivains masculins sont avant tout perçus comme des écrivains et ensuite comme des hommes. Quant aux femmes écrivains, elles sont d’abord « femmes » puis « écrivains ».

L’écriture romanesque est l’une des activités les plus égocentriques qui soient. Vous vous prenez pour le dieu de votre petit univers. La création est une immense addiction. Et tout écrivain est accro à sa créativité. Si vous n’avez pas votre dose quotidienne de cet élixir, vous êtes en crise de manque.

L’écriture romanesque est l’un des jeux les plus excitants qui soient. Seuls peuvent s’y livrer ceux qui ont toujours refusé de grandir et su conserver leur âme d’enfant. Vous devez d’abord croire à vos propres élucubrations pour que les autres puissent croire à vos fictions.

Le romancier est par nature égoïste. La maternité élimine l’égoïsme par les voies naturelles. Le romancier est tourné vers lui-même. Quant à la maternité, elle est on ne peut plus tournée vers l’extérieur.

Voilà quelques réflexions qui peuvent servir de point de départ à de longues discussions…

Advertisements

22 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lucie dit :

    très intéressant oui, cela vaudrait le coup de discuter de ça autour d’un café ! tiens à propos mercredi soir, une de mes amies organisent une rencontre autour des livres, quelle dommage que tu sois si loin …

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Lucie : ah oui, dommage! 🙂

      1. lucie dit :

        en même temps je vois que j’ai râté une belle après midi avec mes copines blogueuses, comme j’aurai aimé être avec vous hier !!!!!

      2. Gwenaëlle dit :

        @ Lucie : la téléportation, il n’y a que ça qui pourrait nous aider! 🙄

  2. Océane dit :

    J’avoue que la mère complètement gaga de son fiston que je suis, ne peut s’empêcher de ne pas être d’accord pourtant avec le dernier paragraphe. La maternité n’élimine pas l’égoïsme, elle le transforme à la rigueur, mais ne l’élimine point.
    Par contre, il est vrai que la vision que l’on a de l’écrivain, suivant qu’il soit femme ou homme est comme elle le décrit…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Océane : moi non plus, je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle dit, sauf, comme toi, les hommes et femmes écrivains. Je pense qu’elle a une vision un peu idéalisée et de la maternité et de l’écriture… Mais j’ai trouvé intéressant de mettre ces extraits pour susciter des réactions…

  3. aifelle dit :

    Je n’ai pas franchement de point de vue sur la question, n’étant ni mère, ni écrivain ….

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Aifelle : mais tu as déjà dû remarquer au cours de débats ou d’entretiens cette différence entre écrivains d’abord, hommes ensuit et femmes d’abord, écrivains ensuite. L’autre jour j’ai entendu un débat avec Annie Ernaux qui s’insurgeait contre la littérature dite « féminine »… Elle avait bien raison! On ne parle pas de littérature masculine, si? 🙂

  4. Leiloona dit :

    Ah ben je rejoins Océane ! On peut être multitâches hein ! Il est clair qu’on ne peut écrire quand l’enfant est avec nous, on s’en occupe et il occupe notre esprit à 200 %, mais il arrive aussi (et heureusement) que nous soyons seules, et là l’écriture peut jaillir. Elle a besoin de calme pour s’épanouir.

    D’ailleurs, la maternité offre certainement une nouvelle sensibilité aux auteurs femmes.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Leiloona : je suis d’accord avec toi. Comme je l’ai dit à Océane, je trouve le propos de l’auteur un peu manichéen, y compris dans le côté « égoiste » de l’écriture. Ce n’est pas plus égoiste que de peindre ou de danser si? C’est juste que la pratique d’un art demande un véritable engagement personnel, de tous les instants je crois. Et on est multitâches, effectivement! J’ai connu une peintre qui travaillait dans son atelier, ses enfants en bas-âge jouant à ses pieds. Comme quoi… 😉

  5. David dit :

    Bonjour. Je vois que les lectures sont toujours aussi diversifiées ici. Merci pour toutes ces presentations et bravo pour votre ouvrture d’esprit.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ David : ce n’est que le reflet de ma manière de procéder habituelle, un sujet en amène un autre et puis et puis… 😀

  6. sylire dit :

    Ce texte donne des idées de discussions que nous pourrions avoir en papotant autour d’un thé, entre lectrices blogueuses, par exemple…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : un exemple pris complètement au hasard! 😉 J’ai bu trop de thé chez toi et je n’ai pas dormi beaucoup la nuit du coup… 😕

  7. clara dit :

    La citation : « Et tout écrivain est accro à sa créativité. Si vous n’avez pas votre dose quotidienne de cet élixir, vous êtes en crise de manque. » est très juste.
    Ecrire devient vite une drogue, un acte libérateur d’endorphines… et ça c’est merveilleux!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : je me doutais que cette phrase te « parlerait »! 😉 Il faudra qu’on en reparle au prochain thé, comme le dit Sylire! 🙂

  8. Asphodèle dit :

    Pour moi ce sera un café ! 🙂 Je ne suis pas d’accord sur tout, dont l’égoïsme justement ! Je trouve qu’on se « dévoue » pas mal dans notre vie de femme et que se garder des plages solitaires pour écrire est bien mérité ! Dans l’absolu, nous sommes tous des égoïstes à partir du moment où l’on crée ? Par contre pour la perception hommes-femmes écrivains, touché ! 😉

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Asphodèle : de toute façon, un peu d’égoisme n’est pas mauvais en soi, si? C’est quand il est permanent et systématique que ça devient gênant… 😉 Allez, un café pour la 6, ça marche!

  9. Très juste, en effet, la remarque sur les hommes et les femmes écrivains et je me demande (pas trop d’ailleurs, j’en suis persuadée) si cette distinction n’est pas à prendre péjorativement chez ceux qui l’emploient? Comme si être femmes cantonner les écrivains dans certains sujets « obligés », dans une certaine forme de sensibilité lié au « genre » etc..

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Claudialucia : je suis d’accord avec toi, il y a un peu d' »inférieur » là-dedans…

  10. Anis dit :

    C’est une thématique qui me passionne et d’ailleurs j’ai « Lait noir » dans ma pile. Tu me donnes envie de le lire au plus vite.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Anis : il y a des réflexions qui m’ont parlé dans Lait noir mais sur le livre en lui-même, mon avis est mitigé…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s