Bel-Ami

Je me rends compte en vieillissant que j’ai lu peu de classiques et que parmi ceux que j’ai dévorés au temps du lycée, il me reste des souvenirs pour le moins affadis. C’est donc avec une sorte d’innocence candide que je découvre – ou re-découvre – ces romans dont je connais les titres mais pas forcément le contenu… Mais c’est aussi avec une plus grande expérience que je savoure la prose de ces grands auteurs dont Maupassant fait partie.

Bel-Ami, c’est Georges Duroy, fils de paysans normands et petit employé des chemins de fer. Un jeune homme ambitieux qui n’aspire qu’à posséder pouvoir, argent et jolies femmes. L’occasion d’assouvir ces envies va lui être donnée lors de la rencontre de Charles Forestier, un ancien camarade qui a réussi et lui propose de délaisser son emploi de salarié pour devenir reporter dans le journal La vie française où lui-même travaille. Mal à l’aise au départ, Georges Duroy apprend vite. Il lui suffira de quelques mois pour faire sa place au journal et trouver une maîtresse toute disposée à l’entretenir. Mais l’ambition de Duroy est sans limite. Bientôt, il lui faut plus. Le décès de son ami Charles va lui donner l’occasion qu’il attendait. Il se marie avec la veuve, Madeleine Forestier, sans renoncer à sa maîtresse, Madame de Marelle ni à courtiser Madame Walter, la femme du patron de la Vie Française.

Dans ce roman d’apprentissage, Maupassant s’en donne à cœur joie pour dénoncer la collusion entre la finance, la politique et le journalisme. Il n’en finit pas de se moquer de son personnage, de ses désirs triviaux, de son étroitesse d’esprit. Manipulateur, menteur et prêt à tout pour « parvenir », Georges du Roy, qui se fera appeler par la suite Georges du Roy de Cantel, est un opportuniste sans scrupules et sans états d’âme qui n’hésite pas à mordre la main qui l’a nourri ni à écraser ceux qui l’ont aidé. Le rôle des femmes, condamnées à agir dans l’ombre et dépendantes de leur mari, est également bien mis en lumière par l’auteur et à ce titre, très instructif.

Un roman passionnant, dont certains passages trouvent encore un écho aujourd’hui, preuve que si la société a changé par bien des aspects, d’autres – et notamment ceux qui touchent à la finance, à la politique et aux relations incestueuses que ces deux-là entretiennent avec la presse – sont demeurés tels quels…

Bel-Ami, Guy de Maupassant. Disponible gratuitement en format ePub pour les liseuses… 

Publicités

31 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle dit :

    Ah Maupassant ! j’ai beaucoup aimé Bel Ami, jadis, je ferai bien de le relire aussi maintenant. C’est un peu désespérant de voir que les aspects les plus mauvais de la société perdurent .. Ca s’accroche la mauvaise graine !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Aifelle : humain, trop humain… On évolue moins vite que notre environnement technologique!

  2. Je suis dans le même cas, il faut que j’essaie d’y remédier; Mais j’ai tant d’autres tentations ….

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sandrine : oui, je sais… C’est horrible! 😆

  3. keisha41 dit :

    Lu il y a quelques années, avec plaisir. Un roman qui n’a pas vieilli.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : oui, c’est étonnant!

  4. Asphodèle dit :

    Lu et relu tous les dix ans mais je dois arriver à la fin d’une dizaine, il me tente, le problème maintenant c’est le temps !!! Je confirme et je le retrouve dans Zola avec les Rougon, l’homme ne change guère… La technologie en plus et la Presse qui a pris une place plus importante, rien n’a bougé !!! 🙂

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Asphodèle: et là, je suis en train d’écouter L’affaire Lerouge, d’Emile Gaboriau. Certaines pages sur la justice sont d’une actualité brûlante!

  5. Je l’ai lu l’année du bac et j’ai envie de le relire depuis longtemps !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Saxaoul : au temps du lycée, je n’ai lu de Maupassant que ses contes et nouvelles… Je dois me rattraper. Quelle plume! 😀

  6. sylire dit :

    J’ai eu ma période Maupassant, l’an dernier, en lecture audio mais je n’ai pas lu celui-ci. Une impasse regrettable, visiblement, mais ce n’est que partie remise !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : Une Vie reste mon préféré je crois… 🙂

  7. ohoceane dit :

    Il faudrait que je le relise.. Je me rappelle que je n’aimais pas trop ce jeune homme, jusqu’à finir par avoir de la peine pour lui… Je me demande ce que vaut l’adaptation ciné ?

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Océane : Maupassant n’est pas tendre avec lui!

  8. clara dit :

    Mon CHOUCHOU classique (l’auteur )!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : impossible de résister à cette plume!

  9. Midola dit :

    Euh… impossible de me rappeler si je l’ai lu ou pas. Ca devient grave ! Il ne me ferait pas de mal de me replonger dans quelques classiques…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Midola : plus je lis et plus je ressens la lecture de classiques comme un bain de jouvence… Etrange non?;-)

  10. Longtemps je me suis dit que j’avais des lacunes. Combien de classiques je n’avais pas lu…et maintenant je me sens plus libre…les classiques j’y reviendrai un jour mais pas maintenant :-))

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Un autre endroit : et je suis sûre que ce sera avec plaisir!

  11. Comme j’aime quand on en vient à reconnaître la valeur des classiques (ce doit être mon syndrome prof de lettres!) surtout quand on ne les a pas vraiment aimés au lycée. Ce qui n’était pas mon cas! Et oui s’ils sont dits « classiques », s’ils ont survécu à l’oubli, c’est qu’ils sont toujours contemporains par leur universalité!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Claudialucia : et ça fait tellement de bien de se plonger dans ces textes si magnifiquement écrits! C’est une cure de jouvence, comme je le disais à Midola.

  12. Theoma dit :

    très envie de le relire !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Théoma : fais-toi plaisir! 😆

  13. Yv dit :

    Peu de classiques pour moi aussi au regard de ce qui a été écrit, mais Maupassant en fait partie avec Hugo entre autres.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Yv : ah oui, je suis bien d’accord avec toi! 🙂

  14. Loo dit :

    Je m’y remet ou découvre aussi les classiques. Je suis dans ma période Balzac, que j’adore, et à l’occasion du Maupassant. C’est surprenant comme ça peut rester actuel !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Loo : oui, c’est étonnant! Les pages de Gaboriau sur la justice dans L’affaire Lerouge pourraient être imprimées aujourd’hui sans que personne puisse imaginer qu’elles ont un siècle et demi!

  15. Je l’ ai lu quand j’ avais 12 ou 13 ans : Maman m’ avait fait les gros yeux …Un peu sulfureux pour une « petite fille »! J’ avais adoré. J’ ai lu et relu les « contes et nouvelles » que je préfère très nettement aux romans.

  16. Dominique dit :

    J’aime énormément ce roman, je ne l’ai pas relu depuis longtemps mais depuis que je me suis mis au livres audio j’ai surtout écouté des classiques et Bel Ami est très réussi c’est un bonheur d’audition
    Le cynisme des situations est parfaitement rendu par le lecteur

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Dominique : j’aimerais bien écouter cette version audio… Te souviens-tu du nom du lecteur?

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s