L’invention de nos vies

Un soir, à la télé, Samuel et Nina découvrent avec stupeur que Sam Tahar, le célèbre avocat français exerçant aux Etats-Unis, n’est autre que Samir, leur copain de fac. Stupeur et bouleversement. Samuel, qui se rêvait en écrivain à succès est devenu éducateur et se complait dans son rôle de victime. Nina, qui a eu une aventure intense avec Samir, se demande si elle a fait le bon choix quand elle voit sur l’écran cet homme séduisant et riche, à qui tout semble avoir réussi. Le couple décide de reprendre contact avec leur vieil ami. Il y a entre eux des différends qui n’ont jamais été réglés…

P1040755L’invention de nos vies est une remarquable variation sur le mensonge, l’usurpation, la liberté, l’amour et le bonheur. Aux yeux des autres, Sam Tahar a tout ce qu’un homme peut souhaiter. Aux siens, il est le prisonnier des mensonges qui lui ont permis d’accéder à cette vie de rêve. Pour réussir, en effet, lui, le musulman des cités, s’est fait passer pour un juif bon teint et il a endossé la vie de son camarade Samuel Baron. Usurpateur confirmé, il s’est glissé dans une vie d’apparence lisse, mari d’une riche héritière, bon père et avocat doué. Mais sous la surface, ça bouillonne, ça transpire, ça menace de déborder.

L’irruption dans sa vie millimétrée de Samuel, et surtout de Nina, qu’il n’a jamais pu oublier, vont tout faire voler en éclats.

Le roman de Karine Tuil est dense, touffu, passionnant. Je l’ai commencé un dimanche matin et terminé dans la soirée. Et pourtant, il fait près de 500 pages. C’est vous dire à quel point j’ai été emportée par cette histoire d’usurpation, de mensonge, de trahison. Les personnages ne sont pas vraiment attachants, mais ils sont humains, vivants, ambigus, compliqués. On n’adhère pas forcément, mais on comprend leurs motivations. Au delà de l’anecdotique, Karine Tuil se penche sur cette société qui, sous des dehors policés, cache une violence extrême qui pousse les individus à faire n’importe quoi pour se montrer performants et adaptés.

Deux bémols : le rôle endossé par Nina, femme soumise et passive, m’a parfois semblé un peu dissonant. Et la dernière partie m’est apparue, dans son traitement, exagérée. Elle nuit à la crédibilité de l’ensemble.

Ces deux réserves précisées, j’ai trouvé que ce roman était une belle performance d’auteur. Une lecture marquante, que je dois, encore une fois, à Sylire!

L’invention de nos vies, Karine Tuil, Grasset, 492 pages.

Advertisements

31 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. sylire dit :

    Je suis tout à fait en phase avec toi sur cette lecture ! Je l’ai lu de la même façon que toi. Dommage effectivement que la 2ème partie soit un peu « too much ».

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : on est encore sur le même longueur d’ondes… bizarre! 😉

  2. keisha dit :

    Et hop, noté! Tu m’as convaincue…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Keisha : j’en suis ravie! 🙂

  3. Fransoaz dit :

    Vos réserves (Sylire et toi) ne me dissuaderont pas de lire ce livre; ce n’est pas que je cherche absolument à trouver un programme pour mes journées mais 500 pages avalées en une seule journée, ça me fait envie!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Fransoaz : comme je l’ai dit à Jérôme, ce ne sont pas des défauts rédhibitoires. Tu peux y aller sans crainte! 😉 J’espère que tu seras aussi accrochée que moi.

  4. clara dit :

    Je l’ai empunté.. yapluka!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : te connaissant, ça va aller vite! 🙂

  5. L’histoire me rappelle celle de Philippe Roth dans La tache où, pour réussir, le personnage se fait passer pour juif alors qu’il est noir (même si ça ne se voit pas; un métis est considéré comme noir aux Etats-Unis). Là il cherche à cacher qu’il est musulman. Un racisme aurait-il remplacé un autre? Il y a quelques années dans les romans américains (ou les films) le personnage aurait essayé de cacher qu’il était juif!

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Claudia : ce serait intéressant de les lire en parallèle. Il est évident qu’en France, un nom à consonance arabe n’est pas un atout sur son CV… J’ai pu le constater dans une grande entreprise agro-alimentaire où cela constituait un motif de rejet sans appel!

  6. anne7500 dit :

    J’attends qu’il soit à la bibli, oh oui !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Anne : c’est là que je l’ai trouvé aussi! 😉

  7. kathel2 dit :

    Je n’étais pas tentée jusqu’alors, mais tu es convaincante !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Kathel : c’est un livre riche. On ne peut pas rester indifférent à sa lecture.

  8. jerome dit :

    Le coté « too much » me refroidit un peu mais ton enthousiasme me donne envie d’y regarder de plus près.

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Jérôme : le « too much » est léger. Ça n’a rien de rédhibitoire… 🙂

  9. gambadou dit :

    oui, je l’ai noté chez Sylire

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Gambadou : j’enfonce le clou alors? 😉

  10. In Cold Blog dit :

    Why not? Mais sans plus de conviction, je dois bien le reconnaître… J’ai déjà tant de retard dans les lectures qui me font réellement envie…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ ICB : hein, quoi? je ne t’ai pas convaincu? ah, tu es difficile, toi, hein… 😉

  11. Yv dit :

    Vue l’auteure je ne sais plus où et elle m’a donné envie

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Yv : ah ben si l’auteure fait tout le boulot, à quoi servent les blogs? 😉

  12. ohoceane dit :

    J’ai eu le même ressenti que toi face au personnage féminin, et j’avoue avoir été aussi un peu agacée par l’alignement de certains clichés… Mais bon, cela s’est laissé lire 🙂

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Océane : le rythme ne faiblit pas… je me suis laissée emportée, moi. 🙂

  13. noukette dit :

    Je n’avais pas noté ce roman, mais là j’avoue que tu titilles ma curiosité…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Noukette : si je ne l’avais pas trouvé à la bibliothèque, je n’aurais sans doute pas ouvert ce livre. Comme quoi, parfois… il faut dépasser ses préventions! 😉

  14. Valentyne dit :

    Tu m’as intriguée : je note 🙂

  15. Moi aussi j’espère le lire, ceci dit il n’a pas que des critiques élogieuses, toi tu parais conquise (Sylire l’était un peu moins dans mon souvenir), j’ai vraiment hâte de me faire une idée, j’aime beaucoup les histoires d’imposture. Belle soirée

  16. Theoma dit :

    Elle en a pris plein la figure avec sa nomination…

  17. Gwen dit :

    Très bon ressenti aussi à la lecture de ce roman même si j’ai mis 2 jours de plus que toi à la lire 🙂

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Gwen : je vais aller lire ton billet! 😉

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s