Juliette dans son bain

9782246852582-XRonald Kandiotis est un homme d’affaires richissime qui décide d’offrir au musée des Arts du XXème siècle deux tableaux portant le même titre et représentant la même femme, l’un exécuté par Braque, l’autre par Picasso : Juliette dans son bain. Est-ce cette opération d’envergure qui fâche définitivement la mystérieuse « Association des victimes »? Toujours est-il que Lara, la fille de Kandiotis disparait et que cette association obscure revendique le crime. Si le milliardaire veut revoir sa fille, il devra se plier aux exigences des ravisseurs.

Au fil de l’histoire, Metin Arditi révèle la trajectoire de son personnage : son père marchand de fruits secs, sa mère avide de reconnaissance sociale, ses études brillantes et son flair infaillible pour les affaires juteuses. Peut-on devenir si riche sans jamais commettre d’impair? Sans léser qui que ce soit? Est-ce que la richesse rend plus heureux ou bien est-ce qu’elle corrompt, inévitablement? C’est à ces questions que l’auteur s’attaque à travers cette intrigue policière doublée d’une satire sociale. Il en profite pour égratigner au passage ces médias et ces hommes versatiles qui vont toujours dans le sens du pouvoir, n’hésitant pas à condamner un jour celui qu’ils encensaient la veille.

Les thèmes abordés par Metin Arditi entrent parfaitement en résonance avec notre société où les inégalités se creusent et où les milliardaires sont sans cesse plus nombreux (470 en 2000, 1645 en 2014, soit quatre fois plus…). Au delà de l’aspect purement économique, c’est la morale qui est ici soumise à la question. La morale d’une société qui n’a plus pour boussole que l’argent…

L’intrigue du roman et le mystère qui entoure le personnage principal contribuent à ferrer le lecteur. Une fois entamé, on n’a pas vraiment envie de lâcher le livre. Cependant, si la lecture est agréable et fluide, j’ai eu l’impression de rester un peu sur ma faim, une fois la dernière page tournée. J’aurais aimé que l’histoire soit davantage approfondie, que certains personnages secondaires, comme Marie la policière qui mène l’enquête ou Véronica, la femme de Kandiotis, soient plus développés.

Mon ressenti est donc à mi-chemin entre celui de Laure qui a beaucoup aimé et Hélène qui a été déçue.

Juliette dans son bain, Metin Arditi, Editions Grasset, 384 pages.

Il est possible de lire un extrait sur le site de l’éditeur.

Advertisements

18 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. aifelle dit :

    Tu es quand même moins déçue qu’Hélène. Je ne crois pas que je me lancerai dans cette lecture là, d’autant plus que j’en ai un autre dans ma PAL depuis une éternité.

    1. @ Aifelle : oui, il y a de bonnes choses, mais c’est vrai que l’histoire aurait pu être davantage approfondie.

  2. Yv dit :

    je n’ai jamais lu l’auteur dont on dit le plus grand bien, mais je ne commencerai pas par celui-ci, si je m’en tiens à ton billet et à celui d’Hélène

    1. @ Yv : je crois que c’est Le Turquetto qui met tout le monde d’accord. Moi, j’avais bien aimé La fille des Louganis.

  3. kathel2 dit :

    Les avis se succèdent et ne se ressemblent pas… J’avais préféré Le Turquetto à Prince d’orchestre (tout à fait évitable, celui-ci) et je suis moyennement tentée par ce dernier roman.

    1. @ Kathel : Je n’ai pas lu Le Turquetto, encore. Par contre, Prince d’orchestre m’avait fait sortir de mes gonds de lectrice! 😉

  4. Sandrine dit :

    On dirait que ce roman partage son lectorat, tant mieux. J’ai trouvé le même défaut dans « Le Turquetto », très brillant cependant : l’intériorité des personnages n’est pas restituée, je trouve qu’on reste à la surface des sentiments. Ceci dit, le roman emporte quand même.

    1. @ Sandrine : tiens, c’est drôle que tu aies remarqué ça aussi dans ce roman-là, qui fait pourtant l’unanimité, ou presque…

  5. Asphodèle dit :

    C’est rigolo, je suis en train de finir La fille des Louganis (une vraie saga à mon sens) qui n’a rien à voir côté style avec Prince d’orchestre ou Le Turquetto, mais alors rien à voir. Reste que cet auteur sait ferrer son lecteur dès le départ et nous emmène rapidement au bout du livre, ce qui est déjà un bon point ! je verrai pour celui-ci car j’ai une vraie tendresse pour cet auteur brillant…

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Asphodèle : c’est certain, tous ces livres sont très différents! Mais il me semble que les textes antérieurs étaient plus travaillés. Il faudrait que je relise La fille des Louganis.

      1. Asphodèle dit :

        Gwen, je ne trouve pas, disons que ce n’est pas du tout le même genre, je trouve que la Fille des Louganis ferait une belle saga de l’été, il y a plus de développement des personnages, des lieux, un petit côté mélo qu’il n’y a pas dans ses derniers… 😉

      2. @Asphodèle : il faudrait que je me rafraîchisse la mémoire pour en discuter sérieusement, parce que là, il ne m’en reste plus que des bribes. 😳

  6. Hélène dit :

    AVis plus que mitigé pour ma part, j’ai été vraiment déçue par le style et les personnages !

    1. @ Hélène : j’ai été sensible à la réflexion de fond sur la richesse, le don et les réactions que cela peut engendrer. Mais côté personnages, c’est vrai, on a l’impression d’un survol parfois.

  7. Laure Micmelo dit :

    C’est vrai que j’ai été prise dans l’histoire de ce livre, qui a des imperfections certes, mais je l’ai vraiment lu tout seul, et avec grand plaisir.

    1. @ Laure Micmelo : Merci pour ton commentaire. Je l’ai lu avec plaisir aussi.

  8. sous les galets dit :

    Suite au billet d’Hélène, j’avais été très refroidie, et le tien n’est malheureusement pas suffisamment enthousiaste pour me re-convaincre. Pourtant vraiment, j’aime beaucoup ces thématiques, je trouve qu’elles sont importantes en littérature, surtout en ce moment.

    1. Oui, je suis bien d’accord avec toi. Des sujets dont les écrivains devraient s’emparer plus souvent.

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s