La Mappemonde

Sabine Normand a été la première à répondre à mon appel à participation sur le blog. Historienne de formation, elle est auteur de nouvelles et de textes poétiques. Elle a collaboré à de nombreuses revues et ouvrages collectifs.

Son premier recueil de nouvelles, « Vivant parmi les vivants », est paru en 2013 aux éditions Souffles. Il a obtenu le grand prix de prose Gaston Baissette.

Je vous laisse découvrir son texte tout en pudeur et en émotion…

3601008_orig

Crédit Photo : Visi Visi

Elle était là, posée sur la table de la cuisine, bien en évidence.

Illuminée. Ronde et bleue.

Tous les pays devant les yeux, un à un, il les a nommés à mi-voix, doucement, puis s’est approché de la table, tel un chat.

Il avait ouvert la porte en rentrant de l’école et elle était là. La mappemonde. Ils y avaient pensé. Le jour de son anniversaire. Rien ne comptait plus que cela. Rien, pas même de boire un lait chaud comme il le faisait tous les soirs devant le feu de la cheminée.

Il l’a prise dans ses bras, l’a emmené dans sa chambre pour la regarder de plus près. Il n’a pas allumé la lumière tout de suite. Il l’a posé sur le lit, l’a faite tourner du bout des doigts, plusieurs fois. La lumière l’éblouissait.

Toute cette eau, cette mer qu’il n’avait jamais vu.

Un jour, il partirait, il irait voir la terre, là-bas, de l’autre côté du monde.

Ici, la terre, elle était lourde et grasse, collait à ses bottes qu’il devait enlever avant de passer la porte.

Quel était ce point, là, tout en bas, l’Australie, l’Amérique ?

Le bout du champ du père était déjà une aventure.

Le père. Il était parti, un matin, loin.

Un jour, il irait le retrouver et saurait lui demander pourquoi il les avait laissés, lui et sa mère, en plein milieu de la nuit. Sa mère enceinte. Elle avait pleuré, beaucoup pleuré.

Elle lui avait raconté, après. Et toute cette eau, là, devant lui, c’était peut-être ses larmes à elle, ses larmes à lui, dans le ventre.

Il a éteint, allumé le globe terrestre qui brillait dans la nuit.

Pour ses huit ans, il avait le monde entre ses mains.

C’était un homme maintenant.

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. flipperine dit :

    un texte bien émouvant

    1. @ Flipperine : merci pour l’auteure!

  2. sylire dit :

    Emouvant, oui. Et tu as trouvé la photo qu’il fallait pour l’illustrer.

    1. @ Sylire : ah oui, je voudrais bien ça dans ma chambre pour rêver avant de dormir! 😉

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s