Les genoux écorchés

static1.squarespacePlusieurs fois déjà, Philippe Vourch a partagé ses textes avec nous, sur ce blog ou dans la revue. J’ai lu aussi les poèmes et courtes nouvelles présentées sur son site. J’aime bien sa plume sensible et affûtée. Je ne pouvais donc qu’avoir envie de lire son premier roman – Les Genoux Ecorchés – sorti récemment aux éditions Christophe Lucquin.

Cette histoire est écrite à hauteur d’enfant. Michel en est le narrateur, et avec émotion, il revient sur ses souvenirs, notamment ceux qu’il a partagés avec son père, disparu trop tôt. Depuis cette Simca Aronde qui menait la famille, l’été, à la plage, jusqu’aux tablées où oncles, tantes, cousins se mélangeaient joyeusement, en passant par les plaisirs du jardinage ou la magie de voir éclore des oisillons dans une volière, les images du passé de Michel distillent une ambiance nostalgique et douce, parvenant à restituer avec force le lien d’amour qui unissait l’enfant à son père.

Dans ce livre, il est question d’amour bien sûr, mais aussi de transmission et de filiation. Quel père devient-on quand le sien a disparu alors qu’on n’avait que onze ans? Tu seras un homme, mon fils, disait Kipling, oui, mais quel homme? Entre les lignes, on devine la difficile construction d’un être privé trop tôt d’un appui essentiel.

L’enfant vit dans un monde, et l’adulte dans un autre. Ils se côtoient. L’enfant déambule sur une ligne parallèle, un long fil tissé d’insouciance, d’innocence. Il l’arpente comme un petit funambule dont les bras écartés effleurent ses rêves. Mais comme l’adulte, il peut basculer, tomber, se retrouver à genoux dans la poussière. Et lorsqu’il relève la tête et regarde autour, il ne comprend plus ce qu’il voit.

Un roman à l’écriture délicate, qui émeut. Forcément.

Les Genoux Ecorchés, Philippe Vourch, éditions Christophe Lucquin.

Advertisements

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. ecrimagineur dit :

    Tu me donnes vraiment envie de le lire, Gwen ! Merci, car je m’y retrouve, à l’époque de l’Aronde aussi …
    Je vais à Brest ce matin, je sens que Dialogues va avoir ma visite !
    Loïc

    1. @ Loic : si tu ne le trouves pas, je peux te le prêter! Bonne journée. Et pas de folies chez Dialogues… 😉

  2. Yv dit :

    J’avais beaucoup aimé cette lecture, les souvenirs sont partagés et tendres et délicats

  3. je viens de lire deux livres (dont Tom l’éclair de Paul Vacca) sur l’enfance vue à hauteur d’enfant et je suis pas parvenue à y adhérer. Peut-être n’est-ce pas le moment pour moi de lire ce genre de roman?

    1. @ Claudia : tu satures? 😉 C’est vrai qu’on n’est pas toujours dans le bon état d’esprit, pour certains livres.

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s