La meilleure d’entre nous

Dans les années 60, la jeune Kathleen Eaden, mariée au propriétaire des magasins d’alimentation du même nom, a publié un « Art de la pâtisserie » qui a marqué des générations de femmes. Avec simplicité et distinction, Kathleen avait su en effet mettre en avant tout ce qu’il y avait d’amour dans le fait de préparer et offrir un gâteau à ses proches.

De nos jours, la chaine de magasins existe toujours et s’est mise en tête de trouver la nouvelle « Mrs Eaden » en organisant un concours de pâtisserie. Cinq candidats sont en lice :

  • Jenny, cinquantenaire enrobée qui a du mal à trouver sa place maintenant que ses filles ont quitté le nid familial et que son mari s’est pris de passion pour le sport et la diététique,
  • Vicki, jeune maman débordée qui a décidé de cesser le travail pour s’occuper de son petit garçon, sans y trouver vraiment son compte,
  • Claire, jeune mère célibataire, employée chez Eaden, qui ne connait que le versant abrupt de la vie,
  • Karen, quadragénaire aspirant à la perfection pour mieux cacher ses failles,
  • et Mike, veuf et père de deux jeunes enfants, qui voit ce concours comme une sorte de thérapie pour se remettre de la mort de sa femme.

Les cinq concurrents sont conviés plusieurs week-ends de suite dans l’ancienne propriété de Kathleen Eaden pour réaliser divers gâteaux et tenter de remporter le concours. Peu à peu, l’auteure nous dévoile leurs vies, leurs aspirations, leurs regrets. Des alliances se forment, des attirances se font jour. Et des gâteaux, des entremets, des biscuits sont réalisés avec maestria, conduisant le lecteur (ou plus sûrement la lectrice…) à sentir son ventre gargouiller, son palais saliver, et ses envies de sucré se réveiller en fanfare!

9782253191070-X_0Dans ce roman très anglais, et agréable à lire, la psychologie se glisse entre la pâte et la garniture, et la découverte progressive de la vie de la vraie Kathleen Eaden montre qu’entre l’apparence et la réalité, le fossé est parfois plus profond qu’on ne l’imagine. J’ai lu ce livre avec plaisir, regrettant seulement que les personnages masculins y tiennent, pour la plupart, si piètre rôle (menteurs, tricheurs, égoïstes, à quelques exceptions près…) et que les femmes soient si soumises aux desiderata de leur moitié. Heureusement, au fil des pages, les relations évoluent. La pâtisserie comme vecteur d’émancipation féminine? C’est un peu gonflé (trop de levure?), mais après tout, pourquoi pas?

La meilleure d’entre nous, Sarah Vaughan, Préludes Editions. 

Advertisements

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle1 dit :

    Je n’aurais pas fait confiance à la couverture, ni au résumé, mais après quelques billets aussi positifs que le tien, je commence à m’y intéresser.

    1. @ Aifelle : une couverture à l’anglo-saxonne, hein? 😉

  2. sylire dit :

    Je le lirai pour le mois anglais… Une lecture moins sérieuse que d’habitude en ce qui me concerne mais ça va me faire du bien, je pense.

    1. @ Sylire : petit à petit, on atteint des sujets de fond… c’est ce qui fait tout le charme de ce roman, qui n’est qu’en apparence léger…

  3. ohoceane dit :

    Décidément, tous les blogueurs se sont entendu pour acheter le même livre 🙂 Je pense réserver cette lecture pour l’été prochain, elle parait idéale pour se faire plaisir !

    1. @ Océane : et ça te donnera encore plus envie de faire de la pâtisserie avec ton petit bonhomme! 🙂

  4. keisha41 dit :

    Tu sais, je n’ai pas vraiment salivé (sauf pour la tarte au citron) car je préfère le salé. ^_^
    J’ai remarqué l’absence des pères de toutes ces candidates (pas d’hommes, eh ouais)

    1. @ Keisha : oui, les hommes n’ont pas vraiment le beau rôle. Une lecture sympa!

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s