Prague Fatale

imgresInconditionnels de la Trilogie Berlinoise, soyez heureux : revoici Bernie Gunther, et comme d’habitude, il est dans de sales draps!

Pour commencer, son moral est au plus bas. Il y a de quoi: à Berlin, en 1941, plus personne ne s’amuse. Plus rien à manger ou presque, pas de combustible pour se chauffer et toujours une sale besogne à accomplir quand on fait partie du département des homicides à la Kripo (Kriminal Polizei). De plus, Bernie revient d’une mission sur le front russe où il a été le témoin d’exactions indicibles. Aussi, bien qu’il mène toujours l’enquête, Gunther est dégoûté de la vie et songe sérieusement à en finir.

Deux évènements vont différer quelque peu ses projets. Il rencontre tout d’abord une jeune femme, Arianne Tauber, qui travaille dans le vestiaire d’une boite de nuit et qu’il sauve d’une agression nocturne. Ils se plaisent, et bientôt entament une relation amoureuse. Dans le même temps, Gunther est sollicité par Heydrich pour le rejoindre à Prague. A peine est-il arrivé que le dernier des quatre secrétaires du Reichesprotektor est assassiné. Le général SS demande à Bernie de découvrir le coupable.

Fidèle à l’archétype du fin limier qui se fait toujours dépasser par les évènements, Philip Kerr bâtit ici une intrigue qui, par son contexte et son déroulement, est un peu différente des autres volumes de la série des Bernie Gunther. Il y a toujours beaucoup d’humour, ce qui permet de créer des « soupapes » dans ce contexte historique très lourd… Le fil de l’enquête est habilement dénoué par le détective et, plus on approche de la fin, plus on a envie de connaître le fin mot de l’histoire. Un roman policier bien documenté, habilement construit, bourré de répliques drôlissimes et de clins d’œil : bref, un très bon moment de lecture.

Prague Fatale, Philip Kerr, Le livre de poche

Publicités

12 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle dit :

    Est-ce que l’on peut lire facilement celui-ci lorsque l’on n’a pas lu « la trilogie berlinoise » ?

    1. @ Aifelle : oh oui, je pense…

  2. keisha41 dit :

    Tu vas me convaincre ‘répliques drôlissimes’ en dépit de Berlin pendant le nazisme, ouh là!

    1. @ Keisha : bon, il faut bien que j’avoue être assez bon public, quand même… 😉

  3. sylire dit :

    J’ai lu en version audio le premier tome de la trilogie et j’ai eu beaucoup de mal avec les noms allemands des personnages. J’ai tenté d’écouter le deuxième tome mais j’ai craqué avant la fin. La version audio n’est sans doute pas appropriée à ce livre.

    1. @ Sylire : Ah tiens, je ne savais pas qu’elle existait en audio, cette Trilogie… Effectivement, tous les romans ne se prêtent pas à la forme lue à haute voix…

  4. manika27 dit :

    Auteur à découvrir alors !

    1. @Manika : oui, assez sympa si tu aimes les polars…

  5. Yv dit :

    je ne me suis pas encore attaqué à la trilogie…

    1. @ Yv : toi qui a de l’humour, ça devrait te plaire…

  6. Océane dit :

    Me reste à les réserver à la bibli !

    1. @Oceane : ah c’est pratique ça… Je le fais souvent aussi, pour ne pas oublier les titres qui m’avaient fait envie.

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s