La femme au carnet rouge

imgresLaurent Letellier, divorcé et père d’une adolescente au caractère bien trempé, est libraire à Paris. Un matin, alors qu’il se rend à sa librairie, il découvre, posé sur une poubelle, un magnifique sac à main. L’imaginant dérobé, il veut aller le rapporter au commissariat, mais pris par le temps, il renonce et se résigne à le garder quelque temps. Poussé par la nécessité d’en savoir davantage sur sa propriétaire dans le but de la trouver et de lui ramener son sac, il fait l’inventaire des objets qu’il contient. Objets, souvenirs, parfum, carnet empli de notes… beaucoup d’indices, mais rien de vraiment concret sur l’identité de cette femme volée.

A quoi ressemblait cette Laure qui aimait déjeuner dans un jardin, avait peur des fourmis rouges, rêvait qu’elle faisait l’amour avec son animal de compagnie qui s’était transformé en homme, portait à un rouge à lèvres corail et se faisait dédicacer un livre par Patrick Modiano? Laurent se trouvait devant une femme-puzzle. Une silhouette floue, comme derrière une vitre pleine de buée, un visage semblable à ceux que  l’on croise dans les rêves et dont les traits se brouillent dès que l’on tente de se les remémorer.

L’enquête prend un tour poétique et mystérieux. Le libraire se sent peu à peu tomber sous le charme de cette femme qu’il n’a jamais vue, qu’il ne connait que par le contenu de son sac à main. Arrivera-t-il jusqu’à elle? Quelles conséquences cela aura-t-il sur sa vie?

Avec maitrise et légèreté, Antoine Laurain déroule son histoire. Partant d’un fait divers – le vol d’un sac – il compose une histoire captivante. Récit d’une quête amoureuse originale et bien dans notre époque, cette Femme au cahier rouge, comme la plupart des roman de l’auteur, s’attache à un objet banal (un cahier, un chapeau, une photo de classe…) pour mieux emmener le lecteur sur des chemins inattendus et propices à la rêverie. Une belle lecture.

La femme au cahier rouge, Antoine Laurain, J’ai lu. 

Du même auteur, j’avais beaucoup aimé aussi Carrefour des Nostalgies, et Le Chapeau de Mittterand.

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle dit :

    Noté depuis longtemps, mais perdu de vue dans la jungle de ma LAL … à remettre au goût du jour.

    1. @ Aifelle : une belle histoire, qui se lit avec plaisir. Mon mari a beaucoup aimé aussi, et une amie, à qui je l’ai offert, également.

  2. manika27 dit :

    Un livre à lire pendant les vacances, léger mais agréable ! beaucoup aimé aussi 😉

    1. @ Manika : ça ne m’étonne pas! 🙂

  3. sous les galets dit :

    On me l’a offert, je l’ai lu l’an dernier, contrairement à toi, j’ai été un peu gênée par le côté trop lisse des protagonistes (ils sont tous les deux beaux et attirants….trop facile non ?….non je ne cherche pas des poux)
    Belle journée

  4. J’ai aussi beaucoup aimé. Je suis tombée sous le charme de l’univers d’Antoine Laurain, qui écrit très bien (et ce n’est pas seulement pour la rime). Bises

    1. Ah oui, j’aime beaucoup cet auteur… Pas tout lu de lui, mais presque…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s