Le silence des bombes

imgres-1Dans la touffeur de juillet 1940, une enfant portant un masque à gaz marche seule sur le bord d’une route du Suffolk. La population semble avoir totalement déserté le village vers lequel elle se dirige. Alors qu’elle avait été envoyée en tant que réfugiée au pays de Galles avec d’autres enfants, elle s’est échappée, et a décidé de rentrer retrouver sa mère dans la maison de Greyfriars. Mais quand elle arrive, la maison est close. Personne ne l’attend.

L’atmosphère est donnée dès les premières pages du livre : lourde, inquiétante, lugubre malgré l’intense chaleur de l’été. Lydia, onze ans, réussit à entrer dans la maison de sa famille, et décide d’attendre là le retour de ses parents, mais rapidement, un homme s’invite et impose ses règles. Lydia devine qu’il est allemand, malgré son uniforme anglais. Il est blessé, menaçant. Que vient-il fait là? Que cherche-t-il? Et pourquoi connait-il son prénom alors qu’il ne l’a jamais rencontrée auparavant? Autant de questions qui vont obliger Lydia à composer avec cet étranger, dans le huis-clos de la maison désertée, et écrasée par le silence et la chaleur…

Mon avis est partagé sur ce livre. Je l’ai trouvé intéressant par bien des aspects – notamment tout ce qui a trait aux relations humaines en temps de guerre (qu’on découvre grâce aux échanges entre Lydia et Heiden, mais aussi à de nombreux flashbacks) – mais j’ai trouvé aussi les moments de huis-clos entre le soldat et l’enfant un peu répétitifs et lassants. Certaines réaction de Lydia, qui n’a que onze ans (et on est en 1940!) m’ont paru également sonner faux, et plus susceptibles d’être celles d’une gamine de 14 ou 15 ans. Au final, c’est un premier roman prometteur, mais qui n’est pas exempt de quelques faiblesses.

Le silence des bombes, Jason Hewitt, Préludes Editions. 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle dit :

    Le thème m’intéresse, mais tes réserves me freinent. Je ne le mets pas dans les priorités.

    1. @ Aifelle : je pense que certains/certaines aimeront beaucoup. Ce qui me fait tiquer, c’est souvent un problème d’effet de réel…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s