Black out

imgresAprès des années de guerre, de privations et de bombardements, Londres est au bord de l’effondrement. La population n’en peut plus et, en ce début de printemps 1944, chacun sent que la fin de la guerre approche. Le lieutenant Frederick Troy n’est pas allé se battre. Il est resté dans la police – à Scotland Yard – et continue à faire son travail malgré la pénurie d’hommes, la recrudescence de la délinquance et le black out… Un jour, des enfants trouvent par hasard un bras coupé au milieu des ruines dans lesquelles ils jouent. Troy est mis sur l’affaire par son supérieur. Peu à peu, ce qui semblait être un meurtre isolé se trouve relié à d’autres cadavres. Or il s’agit à chaque fois de scientifiques étrangers qui s’étaient réfugiés en Angleterre…

Bonne surprise que ce premier roman d’une série mettant en scène le lieutenant Frederick Troy, issu d’une famille d’immigrés russes installés en Grande-Bretagne, et dont le père était propriétaire d’un journal anglais et très introduit dans la bonne société. L’atmosphère du Londres de la fin de la guerre est tout à fait crédible : black out, rationnement alimentaire, familles entières réfugiées dans le métro, dureté des politiques vis à vis d’une population épuisée et dont les conditions de vie sont devenues très difficiles. Il y a aussi la présence des Américains, avec toute l’ambiguité que cache leur aide…

Troy, le personnage principal est intéressant. En rupture relative avec sa famille, issu d’une classe sociale aisée qui ne facilite pas les choses quand il s’agit de traiter avec le commun, pris entre deux cultures : de quoi élaborer un beau portrait qui s’affinera sans doute au fil des romans. Les autres ne sont pas en reste : Wildeve, l’assistant compréhensif, le légiste d’origine polonaise qui mange des sandwiches au pâté au dessus de la table de dissection, et les femmes, fatales ou non…

Bref, on ne peut que féliciter la collection 10/18 d’avoir décidé de traduire et publier ce premier opus de John Lawton. Il en reste six autres avec Troy pour personnage principal. Espérons qu’ils ne se feront pas trop attendre!

Black Out, John Lawton, 10/18

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Aifelle dit :

    Ouh que c’est tentant ! en plus en poche …

    1. @ Aifelle : ben oui, pas de raison de se priver!

  2. anne7500 dit :

    Mmmm miam ! Je l’ai offert à ma soeur pour son anniversaire et je sens qu’il fera un tour par chez moi… (je n’offre que des cadeaux que j’aime moi-même, oui, oui) 😉

    1. @ Anne : tu as bien raison! 🙂

  3. kathel2 dit :

    Je découvre aussi, et je me sens bien attirée !

    1. @ Kathel : Tant mieux! 🙂 Un personnage principal attachant…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s