Saccage

IMG_20150515_173844~2

© Gwenaëlle Péron

.

Et si autour de moi

tout ce qui était beau

tu l’as dévasté

si par honte ou par douleur

tu as tout saccagé

si toutes les fleurs

ont flétri dans tes mains

je ne peux rien

.

désolation dans ton regard

.

rien pour toi

pris dans les ramures

de l’inconsolable saule

qui caresse la rivière

de ses doigts chagrins

rien pour toi

qui fut roi d’une île

sans lendemain.

….

Ceci est ma participation au rendez-vous de la poésie du Jeudi, d’Asphodèle. Aujourd’hui, il fallait écrire un poème… 

29 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. aifelle dit :

    Très beaux. Les deux. Tableau et poème.

  2. modrone dit :

    On dirait que l’auteure fut, elle aussi, dévastée. Comme un goût de noyade. Vraiment superbe.

    1. @ Modrone : Noyade, peut-être pas. Plutôt toucher le fond, et puis remonter vers l’air et la lumière… Merci pour ton commentaire! 🙂

  3. celestine dit :

    Roi d’une île sans lendemain…N’en sommes-nous pas tous un peu là ?
    En tous cas, ton texte me parle, et les reflets de ton tableau sont superbes.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  4. monesille dit :

    Aujourd’hui il fallait écrire un poème ! et heureusement tu l’as fait ! C’est saisissant ! je ne peux rien dire d’autre, saisissant !je suis enchantée d’avoir réussi à faire le tour de tous les poèmes ce matin ! tu es mon premier prix à moi d’aujourd’hui !

    1. Je suis très touchée de ce premier prix! Merci! 🙂

  5. Asphodèle dit :

    Je l’ai relu deux fois tellement il m’a emportée ! Monesille a trouvé le mot juste (elle !) « saisissant » ! Voilà c’est exactement cela et ce tableau (n’est-ce pas celui où il y a un petit garçon ?^^) illustre très bien l’image de « l’inconsolable saule » et de l’homme prisonnier des ramures… Très beau, merci pour cette participation remarquée ! tu devrais plus souvent…j’dis ça, j’dis rien… 😉

    1. @ Asphodèle : ce n’est pas le tableau en question, mais un de la série, tu as l’œil! Merci pour ce rendez-vous, je reviendrai avec plaisir, d’autant que je viens de découvrir un poète dont j’aime beaucoup la voix.

      1. Asphodèle dit :

        Oui j’ai l’oeil quand je peux suivre correctement (en juillet-août-septembre, ce n’était pas top mais avant j’ai tout suivi^^) ! C’était ta période « rose » (comme Picasso), tu as commencé à ajouter du rose… ! Haaa et qui est ce poète qui te fait frémir ? Si ce n’est pas indiscret ! 😉

      2. @ Asphodèle : ma période rose! 😉 Le poète s’appelle Alain Le Beuze, il est Brestois. J’ai trouvé un de ses recueils plubliés chez Apogée, et j’aime vraiment beaucoup beaucoup!Je ferai un billet… jeudi prochain? 😉

      3. Asphodèle dit :

        Ne ris pas, mais tu as noté quand même que tu as introduit le rose vers le printemps seulement, avant tu n’en mettais pas !!! ^^ Le prochain jeudi poésie est le 26 novembre, la semaine prochaine ce sont Les Plumes mensuelles, je ne peux pas faire les deux en même temps ! Très bonne idée de nous présenter un nouveau poète, au contraire ! Sauf si tu veux en parler avant, je ne te blâmerais pas !!! 😉

      4. @ Asphodèle : je ris parce que tu me compares à Picasso. Mais pour la période rose, c’est vrai, tu as tout à fait raison! Je note pour le 26.

  6. emilieberd dit :

    Cela semble venir de si loin, je veux dire si profond que je n’ose pas commenter de peur de dire un bêtise! C’est un poème magnifique! Bravo!

    1. @ Emilie Berd : Merci à toi! 🙂

  7. Je me souviens de ce tableau! Et tout ce qu’il y a de riant et d’heureux en lui, à la lumière de ton texte devient inquiétant et mystérieux. Moi aussi comme eeguab, je cherche le noyé pris dans les racines du saule , je veux dire dans ses doigts chagrins..

    1. @ Claudia : les deux faces d’une même pièce, peut-être? 🙂

  8. manika27 dit :

    Pas très gai … il me parle ton poème. Bravo !

    1. @ Manika : non, pas très gai, mais ils ne sont pas tout comme ça. Après la pluie, le beau temps! 🙂

    1. @ Neojohnnykarlitch : merci! 🙂

  9. soene dit :

    On peut penser au vent ou à un ouragan mais s’il s’agit d’un homme, c’est un vrai méchant.
    Ta force d’écriture est-elle le reflet de ce mal que tu décris ?
    Bises de Lyon

    1. @ Soène : ah tu sais, on peut blesser sans être méchant, et même en voulant être gentil, ou par indécision, ou par peur… Le poème permet de transformer l’émotion en art, et c’est ce que j’aime.Bises à toi aussi.

  10. patchcath dit :

    C’est beau et triste à la fois…
    et j’ai ressenti un instant de malaise aussi,
    car c’est si facile d’être ce roi de l’île à sa façon,
    alors… un brin de morale dans tout ça.
    Bien vu, et bravo

    1. @ Patchcath : Merci à toi! 🙂

  11. Valentyne dit :

    J’ai entendu les sanglots du saule pleureur ….
    En tableau je me souviens aussi d’un tres beau canoë rose de cette série ….
    Je me trompe ?

    1. @ Valentyne : non, tu ne te trompes pas du tout! 🙂

Répondre à manika27 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s