Nos âmes seules

Ils sont encore rares les écrivains qui osent s’emparer du monde de l’entreprise pour en montrer les revers, les travers et les effets le plus souvent destructeurs sur la société. Luc Blanvillain, auteur jeunesse maniant avec brio l’humour et le suspens, passe ici sans transition dans le grand bain sombre et glacial de la performance chiffrée et des jeux de pouvoir sans limites.

imgres-1C’est dans les pas de Clément, jeune cadre modèle et ambitieux, que l’on pénètre chez Vogal Software, une société high-tech perchée en haut d’une tour de verre et d’acier à la Défense. Clément est « hyper » : adaptable, connecté, performant. Ses sens et toutes ses facultés sont au service d’une seule chose : faire carrière, réussir, briller. A tout prix. Dans ce challenge de taille, il est aidé par Myriam, sa compagne, femme parfaite digne de figurer dans les magazines, et conseil précieux dans ses stratégies d’escalade de l’échelle du pouvoir.

C’est oublier un peu vite que la vie est facétieuse et qu’elle n’aime rien tant que bouleverser les plans de carrière et les projets de vie. Le hasard se présente à Clément sous la forme de Méryl, jeune femme fantasque et déconnectée, fille de Cherkesly, le propre patron de Clément. A son contact, toutes les certitudes de Clément se délitent. Son monde s’écroule au ralenti et face à ce lent tsunami, son savoir d’école de commerce n’est d’aucune utilité…

Le roman de Luc Blanvillain évoque la lente sortie de transe d’un homme naïf qui a aurait eu la faiblesse de croire le discours dominant. L’auteur, sans pitié pour son personnage et pour le monde déshumanisé qu’il décrit, frappe fort et juste. On sort de cette histoire sonné, un peu groggy, mais c’est pour notre bien, comme dirait Alice Miller.

Une réflexion brillamment menée, un roman indispensable!

Il a un peu de retard. Pas trop. Gérable. Il ne pouvait pas faire l’impasse sur la pause Josie, de toute façon. Mieux valait crever direct l’abcès du « malgré ». Josie se contente de signes d’allégeance discrets mais réguliers. JJ le lui a confirmé. Clément a déjà envie d’uriner. Le café. Ces sollicitations fréquentes de sa vessie le gênent de plus en plus. Mises bout à bout elles lui grignotent du temps. Il a pris l’habitude de passer ses SMS debout, en pissant. C’est ainsi qu’il a fait tomber son smartphone dans les toilettes, le mois dernier. Irrécupérable. Myriam le bombarde de messages plusieurs fois par jour, et s’inquiète s’il ne répond pas. Il regarde sa montre, estime qu’il a le temps de passer aux toilettes avant le début de la réunion.

Nos âmes seules, Luc Blanvillain, Plon

D’autres avis : Blablamia, Mots pour mots, Melly lit.

Publicités

10 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. manika dit :

    C’est vrai que c’est un sujet rarement traité… je note !

    1. @ Manika : et traité ici de manière tout à fait singulière et prenante.

  2. sylire dit :

    C’est vrai que la littérature évoque peu ce sujet. Peut-être parce que les auteurs connaissent mal le monde de l’entreprise ?

    1. @ Sylire : oui, pour bien en parler, il faut la vivre un peu je crois, ou trouver le moyen de s’en imprégner. Pas facile, mais nécessaire de parler de ce monde-là.

  3. noukette dit :

    Sur ma table de nuit ! J’ai dû le reposer dernièrement mais j’ai hâte de m’y replonger !

    1. @ Noukette : oui, il est assez prenant. Mais il faut être dans l’état d’esprit adéquat pour le lire, je pense…

  4. aifelle dit :

    Merci de me le remettre en mémoire, je l’avais noté à sa sortie.

    1. @ Aifelle : il mérite vraiment le détour! J’espère qu’il te plaira.

  5. sous les galets dit :

    J’avais lu un ou deux billets moins enthousiastes que le tien, essentiellement rédigés par des blogueurs que le cadre n’intéressait pas. Je le renote vu ton enthousiasme.

    1. Tant mieux! Si tu le lis, j’espère qu’il te plaira!

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s