Otages intimes

otages_intimes_jeanne_benameur_liseuses_de_bordeauxLes premières pages s’ouvrent sur la libération d’Etienne, photographe de guerre longtemps retenu en otage dans un pays dont on ne saura rien. Après plusieurs mois de captivité, il rentre enfin chez lui. Il revient dans le village où il est né, auprès de sa mère et de ses amis de toujours, Enzo et Jofranka.

Evidemment, après une épreuve pareille, il faut reconstruire sa vie. Peut-on parvenir à sortir de cette « captivité » à laquelle on a si longtemps été soumis? Peut-on se remettre du traitement subi : ne plus être un humain, mais une simple monnaie d’échange?

Tout au long du livre, Jeanne Benameur interroge ces prisons que l’on a en soi et à l’extérieur de soi. Peut-on s’en libérer? Et comment?

Malheureusement, je suis restée globalement insensible à l’histoire d’Etienne. J’ai trouvé, comme dans les Insurrections Singulières, que les personnages, trop « fabriqués » de toutes pièces, peinaient à s’incarner. Je n’ai pas cru à Etienne, à sa détresse, à ses mots, ni à ceux de ses amis. Curieusement, les personnages qui m’ont le plus touchée sont Emma et Franck, très secondaires dans l’histoire. Emma, parce qu’elle essaie de guérir d’un amour impossible et Franck parce que l’amour lui donne le courage d’attendre Emma. Le seul passage que j’ai noté est celui concernant Franck

Les gestes du café le matin lui font du bien. S’arrimer à tout ce qui est tangible. Ne pas essayer de décortiquer ce qui se passe. Le vivre, c’est tout. Ne pas se demander où ça mène. Il n’a plus vingt ans. Il sait que « où ça mène » n’a aucune réelle importance. La réelle importance, elle est dans ce qui se vit, jour après jour, nuit après nuit. Les chemins ne mènent nulle part. Ils sont chemins, c’est tout. Il a appris.

Il manque à ce livre une réelle profondeur, quelque chose de râpeux et d’infiniment sensible. De toucher vraiment à la chair de nos tourments, de nos doutes et de nos insuffisances. De ce roman, je ne sauverai dans ma mémoire que cette dernière phrase qui entre en résonance avec ce en quoi je crois  :

Et il sait maintenant qu’il n’aura pas assez de tous ses jours et de toutes ses nuits pour aller chercher dans le monde de quoi nourrir l’espérance.

Otages Intimes, Jeanne Benameur, Actes Sud

D’autre avis – très enthousiastes ou déçus aussi – sur Babélio.

Merci aux Matchs de la Rentrée Littéraire, de Price Minister, grâce à qui j’ai reçu ce livre. #MRL15

MRL_header

Advertisements

10 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. sylire dit :

    Je te rejoins cette fois encore mais je n’avais pas formalisé dans mon billet ce qui m’avait vraiment gênée : que les personnages semblent « fabriqués ».

    1. @ Sylire : bon, on est d’accord alors? 😉

  2. manika dit :

    Jeanne Benameur passionne ou indiffère. Je crois que je suis comme toi mais puis je me faire une idée je n’ai lu que Profanes ?

    1. @ Manika : le problème, quand on découvre un auteur et qu’on est déçu par son premier livre, c’est qu’on n’a pas envie de continuer…

  3. aifelle dit :

    Je ne l’ai pas lu, mais je vois ce que tu veux dire avec les personnages « fabriqués », ça m’est arrivé de le ressentir dans d’autres lectures d’elle. Pourtant, j’aime beaucoup son écriture.

    1. @ Aifelle : je pense que ça vient du fait que ce ne sont pas ses émotions à elle qu’elle a utilisées pour écrire ce roman. Et du coup, les personnages ne sont pas habités.

  4. Océane dit :

    J’ai essayé de lire un de ses livres, j’ai du mal à entrer dans son écriture. Le côté fabriqué, je vois tout à fait, cela m’a bloqué dans mes tentatives.
    Autant dire que je passe mon tour pour celui-ci.

    1. J’aurais aimé apprécier cette lecture, mais ça n’a pas pris, malheureusement…

  5. noukette dit :

    On ne commande pas l’émotion c’est certain… Dommage, tu sais que j’ai adoré mais je ne suis pas objective 😉

    1. Oui, je sais qu’entre Jeanne Benameur et toi, il n’y a que des good vibes ! 😀

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s