Piégée dans son couple

Le sociologue Jean-Claude Kaufmann aime se pencher sur l’intime, le corps, les relations amoureuses. Dans cet essai paru aux éditions Les liens qui libèrent, il aborde le cas de celles (et de ceux) qui vivent en couple, qui n’en sont pas heureux et qui, pourtant, ne réussissent pas à s’en libérer.

P1060082L’idée de ce livre lui est venu à la suite de l’appel à témoignages qu’il avait lancé sur son site. Beaucoup de femmes ont alors profité de cette occasion pour s’épancher, et raconter comment le piège du couple s’était refermé sur elles. Pour l’une, c’est un mari silencieux, qui n’exprime rien et tape sur les murs quand il n’est pas content… Pour une autre, c’est un conjoint totalement inféodé à ses parents, et qui ne peut rien décider sans leur aval. Pour une troisième, ce sont au quotidien les humiliations et les brimades.

A l’heure où les procédures de divorce se sont considérablement simplifiées, il parait étonnant que ces femmes ne parviennent pas à s’extraire d’une vie de couple dévitalisante pour reprendre leur liberté. Le sociologue, après avoir synthétisé les différents témoignages, explique les raisons qui conduisent ces femmes (pour la plupart, mais certains hommes se retrouvent dans la même situation) à rester prises dans ce piège qui les fait mourir à petit feu, tant elles sont privées d’amour et d’affection.

Je dois avouer que si le sujet m’intéressait, j’ai été un peu déçue par l’essai de Jean-Claude Kaufmann. Je n’ai pas l’impression d’avoir appris grand-chose à travers ce livre. Il suffit de regarder autour de soi pour constater que la vie de couple n’est pas toujours rose et que les freins à la séparation sont nombreux : attachement, considérations financières, équilibre des enfants, etc…

Au delà de ce que dit le sociologue à travers cet ouvrage, il faut peut-être s’interroger plus profondément sur la notion de couple, de lien et du contrat que représente le mariage. Le monde change, les valeurs évoluent, la société peine à s’adapter à la nouvelle donne. Face à ces bouleversements, seule la réflexion que chacun peut – et doit! – mener sur ses aspirations, sa philosophie de la vie et de l’amour, sa relation aux autres pourrait éviter de se retrouver piégé(e) dans une relation qui ne permet pas de s’épanouir. Non plus reproduire éternellement un schéma dépassé, mais inventer de nouvelles façons de vivre et d’aimer…

Comme dirait l’autre, moi, je dis ça, je dis rien…

Piégée dans son couple, Jean-Claude Kaufman, Les liens qui libèrent. 

Publicités

14 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. manika27 dit :

    Mouai je n’ai pas très envie d’aller vers ce genre de livre, pour avoir fait le choix de me libérer de ce lien. Il faut trouver les bonnes raisons pour partir et non les mauvaises pour rester et surtout écouter son coeur au lieu d’écouter les autres !

    1. Je comprends. J’aime bien ta formulation : trouver les bonnes raisons pour partir plutôt que les mauvaises pour rester. Tout est résumé là! 🙂

  2. Jerome dit :

    Je ne sais pas pourquoi mais ça ne m’étonne pas que tu n’es pas appris grand chose, c’est un sujet qui incite à enfoncer des portes ouvertes je trouve.

    1. Oui, et puis la manière dont l’étude a été menée laisse un peu dubitatif sur sa représentativité.

  3. aifelle dit :

    Je n’aime pas beaucoup ce sociologue que je connais surtout pour ses nombreuses interventions dans les medias. Je n’ai pas envie de le lire.

  4. Asphodèle dit :

    Comme dirait l’autre 😉 : bof ! Comme toi je pense que je serais restée sur ma faim… Si cet essai avait été écrit par Lucette Toutlemonde il se serait certainement moins bien vendu… Comme quoi parole de sociologue n’est pas forcément parole d’évangile ! 😉 J’dis ça j’dis rien !^-^

    1. Tout repose sur des témoignages. On ne sait pas combien… Même si le problème existe, il n’est pas traité ici de manière très dynamique ni novatrice.

  5. Valérie dit :

    L’amie avec qui j’étais à Livres Paris adore cet auteur et l’a acheté. J’avoue que je ne connaissais pas ce monsieur.

    1. C’est un sociologue qui s’intéresse beaucoup aux questions liées à l’intimité ( linge, lits, sacs de femmes etc…). J’espère que ton amie sera plus satisfaite par sa lecture que moi.

  6. Yv dit :

    je l’aime bien JC Kaufman, j’ai lu l’un de ses essais il y a longtemps, je l’ai entendu à la radio vu à la télé et j’aime bien ce dont il parle.

  7. sylire dit :

    Tu me le prêteras peut-être si c’est à toi ? Vu ton avis, je ne me risquerai pas à l’acheter mais le sujet est intéressant.

    1. Bien sûr, avec plaisir. 😀

  8. sylire dit :

    Pas d’urgence… quand on se verra.

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s