Marguerite n’aime pas ses fesses

Marguerite est un peu comme un manuel de développement personnel qui aurait mal tourné : elle est gentille au point d’être aveugle, serviable jusqu’à l’imbécillité, et naïve comme une princesse qui croirait toujours au crapaud charmant. En plus, elle n’aime pas ses fesses! Il faut dire que ceux qui l’entourent ne contribuent pas à améliorer son estime de soi. Elle souffre d’une mère égocentrique et barrée qui ne sait pas commencer une phrase autrement que par « moi, je… », et d’un « amoureux » – Jonas – qui tient davantage du parasite obsédé que du tendre compagnon. Elle a aussi une bande de copines délurées avec lesquelles elle se sent peu d’affinités.

Quand elle croise l’ex-Président Delaroche de Montjoie (DDM) dans les locaux des éditions Paulin pour lesquelles elle travaille, sa vie bascule irrémédiablement, mais elle ne le devine pas tout de suite. DDM a en effet exigé que ce soit elle qui l’assiste dans la rédaction de ses mémoires. La voilà donc propulsée dans un univers politique dont elle ne sait rien, ou presque. Tout comme elle ne connait pas grand-chose au sexe, qui comme chacun sait, est quand même une des principales motivations de tous ceux qui veulent grimper les marches du pouvoir (comment ça, vous croyiez qu’ils avaient des projets pour le pays?)

Dans ce nouveau roman, Erwan Larher balance, et tout le monde en prend pour son grade. Les mous de la conscience politique, les durs de la verge, les vieux obsédés par le sexe – l’argent – la jeunesse – le pouvoir (pas de mention inutile à rayer), les ami(e)s qui nous veulent du bien, les journalistes « voix de son maître », les auteurs à l’inspiration racoleuse, et les flics désabusés.

imgres« Marguerite n’aime pas ses fesses » est un roman d’initiation (sexuelle et politique surtout) servi par une plume nerveuse et une vision acérée des travers de notre société. Le style, tendu à l’extrême, sans gras aucun, avec un jeu de continuité entre pensées et dialogues fluide (mais qui, si on en abuse, pourrait virer au procédé…), contribue à donner un réel dynamisme à l’histoire. On le commence, ce roman, et on ne peut plus s’arrêter. A la fin, l’auteur, dans un ultime clin d’œil, donne à l’ensemble un petit air de « comédie humaine », en faisant référence à un de ses romans précédents (L’abandon du mâle en milieu hostile).

Bref, Erwan Larher continue de tracer son chemin, entre conscience politique, profonde humanité, et amour des mots (si possible un peu empoussiérés à force de n’avoir pas été utilisés depuis longtemps). Et moi, je suis en passe de rejoindre le club des groupies de l’ex-chevelu-écrivain-maçon…

Marguerite n’aime pas ses fesses, Erwan Larher, Editions Quidam. 

Les autres groupies : Keisha, Sabine, Hélène

Publicités

18 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. aifelle dit :

    On a compris, il faut le lire absolument 🙂

    1. Gwenaëlle dit :

      Ben oui! Ça tranche sur le reste de la production, on ne s’ennuie pas, on s’amuse… Le grand Larher pousse les curseurs très loin, ça dérape, et on jubile!

  2. keisha41 dit :

    What, t’es pas encore groupie? Welcome quand même! Ex chevelu, j’ignore si ça va durer autant que les impôts, car ça repousse, ça repousse… Dommage… ^_^
    Plus sérieusement, oui, excellent roman, genre ‘on ne le lâche pas’

    1. Gwenaëlle dit :

      D’ailleurs, que fait la presse autorisée à ce sujet? Pas vu d’article sur cette Marguerite. Frileux et coincés, les critiques officiels?

      1. keisha41 dit :

        Franchement, au vu de certains autres romans, on se pose beaucoup de questions! Marguerite est un excellent roman au dessus du lot (j’ai des noms) et je ne dis pas ça parce que c’est Erwan, hein!

      2. Gwenaëlle dit :

        Je suis bien d’accord avec toi! 😀

  3. clarac dit :

    Après Keisha( THE fan), tu enfonces le clou !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Clara : quand le livre est bon, il ne faut pas hésiter! 🙂

  4. sylire dit :

    Je vais bientôt le lire. J’espère être aussi enthousiaste que vous !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Sylire : t’as intérêt! 😉

  5. Océane dit :

    Quel succès pour ce roman, je ne vois que des billets positifs sur les blogs ! J’espère qu’il sera dispo à ma bibli, histoire que je découvre ce petit phénomène 🙂

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Océane : le phénomène qui l’a écrit doit approcher du mètre quatre-vingt, alors si tu le traites de petit, il ne va pas être content! 😉

  6. Yv dit :

    je ne connais pas encore cet auteur, mais je crois comprendre que je devrais le lire

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Yv : ah, non, ce n’est pas au conditionnel qu’il faut prendre cela, mais à l’impératif! 😉

  7. manika27 dit :

    Un livre amusant je note de toute urgence !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Manika : ce n’est pas si fréquent, en effet!

  8. krolfranca dit :

    Je commence à devenir une fan ! Après L’abandon du mâle en milieu hostile que j’ai adoré, je suis en train de lire son premier roman Qu’avez-vous fait de moi ? Jouissif ! Il est décidément bien cet auteur ! Evidemment je vais avoir très envie de lire celui-ci.

    1. Gwenaëlle dit :

      Tant mieux! Ça ne peut faire que du bien, de telles lectures.

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s