Lisario ou le plaisir infini des femmes

Naples au XVIIème siècle. Le Caravage fait des émules, et le plébeien Masaniello distille les ferments d’une proche révolution. C’est dans ce décor que vit Lisario, une jeune fille rendue muette à la suite d’une opération ratée. Elle a appris à lire en cachette, connait Cervantès et Shakespeare, mais elle est femme et ne peut pas dévoiler l’étendue de son savoir. Alors c’est dans des lettres à la Sainte Vierge qu’elle confie ce qui la tourmente.

Pour échapper au mariage avec un « vieillard baveux et goutteux », elle tombe dans un état cataplectique. Un médecin espagnol, Avicente Iguelmano, peu doué pour soigner ses semblables mais très ambitieux, est appelé à son chevet, et pour la sortir du sommeil, il trouve un moyen pour le moins inattendu.

Il déplaça les doigts le long des courbes de chair qu’il rencontrait au-delà de la fente du pantalon de Lisario, suivant un parcours invisible. Je suis dans une forêt, je suis dans une grotte, je suis perdu, se dit-il le front moite. Ses doigts se retrouvèrent dans un lieu humide et secret et s’en retirèrent à regret, après un temps qui lui parut infini.

Grâce à cette « thérapie », Lisario sort du sommeil, et pour remercier le docteur, le père de la jeune fille la lui donne en mariage. Dès lors, Iguelmano n’aura plus qu’une obsession : trouver l’origine du plaisir féminin. Car si, comme il le pressent, les femmes peuvent avoir du plaisir par elles-mêmes, c’est toute la société patriarcale qui est menacée…

Avec verve et humour, Antonelle Cilento conte l’histoire de cette jeune femme, dont le destin s’entremêlera à celui de nombreux autres personnages, dont Jacques Colmar, peintre, scénographe et maître des chandelles. Historique, philosophique, et féministe, ce roman d’une grande richesse relie avec brio le monde d’hier aux questions d’aujourd’hui.

Lisario ou le plaisir infini des femmes, Antonella Cilento, Actes Sud. 

P1070615

Publicités

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Jerome dit :

    Une vraie trouvaille dont je n’avais jamais entendu parler !

    1. Gwenaëlle dit :

      @ Jérôme : j’aime bien fureter dans les rayons de la littérature italienne. Il y a souvent de bonnes surprises à dénicher.

  2. aifelle dit :

    Actes Sud nous surprend souvent et depuis janvier, les tentations se multiplient chez eux …

    1. Gwenaëlle dit :

      Un roman très original, c’est vrai.

  3. Je l’ai vu en librairie et j’ai hésité, mais pourquoi pas, quand ma PAL baissera un peu… Bravo pour ce nouveau très beau blog. On aura l’occasion de parler ensemble de littérature italienne !

  4. sylire dit :

    Très original comme thème et joli sous titre.

    1. Gwenaëlle dit :

      Un livre qui ne devrait laisser personne indifférent… 😉

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s