Le saut oblique de la truite

La quatrième de couverture joue cartes sur table :

Le peintre Jérôme Magnier-Moreno a mis dix ans pour écrire une histoire qui ne parle de rien – ou presque ; un jeune homme parti pêcher le long du GR20… Un premier roman initiatique procurant une impression unique de liberté.

Et c’est vrai qu’une fois le livre refermé, force est de constater que l’intrigue tient à un fil… de pêche : un rendez-vous raté, quelques rencontres de hasard, une rivière. L’essentiel est ailleurs : dans ces impressions de voyage – couleurs, parfums, formes – jetées sur le papier comme des croquis sur le motif ; dans l’humour – parfois potache – avec lequel le narrateur conte ses mésaventures corses.

P1060564On sent affleurer une sensibilité qui ne dit pas son nom, par excès de pudeur, et les fanfaronnades du narrateur sont la poudre qu’il nous jette aux yeux pour masquer la tendresse éprouvée pour l’absent, cet ami qui aurait dû être là, et qui n’y était pas…

Jérôme Magnier-Moreno m’a proposé de lire son ouvrage, et je ne regrette pas d’avoir accepté, car j’ai passé un moment agréable, et été sensible à la drôlerie de certains passages. Néanmoins, j’ai trouvé dommage qu’à force de légèreté, ce livre ne « parle de rien ou presque ». Il lui manque une charpente, une trame solide et marquante, un aboutissement.

Peut-être dans le prochain?

Antigone n’a pas été convaincue. Sabine a aimé, peut-être parce qu’il y est question de gares… 😉

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. aifelle dit :

    J’ai aimé aussi ; c’est un premier roman, je pense que l’auteur va s’améliorer 😉

    1. Gwenaëlle dit :

      Oui, exactement. Défauts de jeunesse! 😉

  2. sylire dit :

    Tu es un peu tiède… mais un premier roman qui semble prometteur.

    1. Gwenaëlle dit :

      Oui, du style, qui mériterait de se déployer dans un texte plus abouti.

  3. keisha41 dit :

    J’ai bien aimé, il y a aussi des passages plus graves. Bref, je suis aussi allée voir ses tableaux (sur internet) pas du tout le style de l’aquarelle(?) de la couverture

    1. Gwenaëlle dit :

      Oui, c’est ça, il y a des moments drôles ou d’autres très poétiques, des descriptions bien senties, mais l’ensemble m’a paru manquer de cette solidité qui fait les romans remarquables. Les tableaux sont très différents, en effet! 😉

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s