Les complicités involontaires

Corinne V. est psychiatre. Elle reçoit un jour une nouvelle patiente désireuse d’entamer une cure, or cette femme n’est autre qu’une amie d’enfance, Zoé B. Pour respecter les règles de sa profession, Corinne devrait l’adresser à un confrère, mais Zoé prétend souffrir d’amnésie concernant ses jeunes années. La curiosité est la plus forte : Corinne devient l’analyste de Zoé. Celle-ci est persuadée que l’origine de ses troubles trouve sa source dans son passé familial. Aidée de la psy, elle va donc chercher à élucider le mystère de ses origines, au moyen de mémos qu’elle lui enverra régulièrement et de séances d’analyse.

downloadLe livre de Nathalie Bauer est riche de thèmes, dont la transgression et la transmission ne sont pas les moindres. J’ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire qui comporte deux volets : le présent et le passé. Présent de l’analyse et de la vie de Corinne V, qui n’est pas exempte de difficultés. Passé de leur jeunesse commune et de l’histoire familiale de Zoé. Après une légère impression de confusion entre tous ces fils qui se croisent, j’ai commencé à m’attacher aux personnages, notamment les deux principales protagonistes, qui chacune à leur manière essaient de se défaire de ce qui leur pèse et les empêche d’avancer.

J’ai particulièrement aimé le fait que cette cure ne se fait pas à sens unique, car durant ces mois, la psychiatre va elle aussi évoluer, se remettre en question et essayer de sortir des mensonges dans lesquels elle s’était enferrée, par paresse, ou par confort. Au final, un livre lumineux qui parle surtout de libération. Une libération qui est à portée de main pour peu qu’on la désire suffisamment. A chacun de trouver son chemin pour l’atteindre…

Antigone a apprécié elle aussi ce roman atypique.

Les complicités involontaires, Nathalie Bauer, éditions Philippe Rey. 

Publicités

15 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Antigone dit :

    Je suis d’accord ce livre parle avant tout de libération et j’ai beaucoup aimé ça. 😉

    1. Gwenaëlle dit :

      Par les temps qui courent, c’est un exemple nécessaire !

  2. J’aime la traductrice (de l’italien). Je la découvrirais bien en tant qu’auteur.

    1. Gwenaëlle dit :

      Ah je n’avais pas fait attention, mais son nom me disait quelque chose…

  3. aifelle dit :

    Le point de départ ne m’enthousiasme pas, mais vu ce que tu en dis (et Antigone), je le prendrai à la bibli.

    1. Gwenaëlle dit :

      Il agit peu à peu : on se retrouve accroché par l’histoire.

  4. manika27 dit :

    pourquoi le sujet est intéressant en tout cas.

    1. Gwenaëlle dit :

      C’est un livre peut-être plus discret que d’autres dans cette rentrée , mais il a en effet de belles qualités.

  5. sylire dit :

    Un autre livre de cette rentrée que j’ai repéré (chez Antigone) mais il y a tant à lire !

    1. Gwenaëlle dit :

      Un peu plus tard peut-être, quand la rentrée sera un lointain souvenir et la suivante pas encore arrivée! 😉

  6. valmleslivres dit :

    Je suis plus mitigée que toi mais j’ai aimé les liens entre les deux femmes.

    1. Gwenaëlle dit :

      Ah, je vais lire ton billet !

  7. lorouge dit :

    Je viens de me l’acheter et j’ai hâte de le lire. Un thème qui a tout pour me plaire 😉

    1. Gwenaëlle dit :

      Je te souhaite une très bonne lecture alors!

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s