En attendant Bojangles

Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l’endroit, à l’envers, parce que la vie c’est souvent comme ça.

Tel est l’avertissement qui précède ce premier roman d’Olivier Bourdeaut qui raconte, à hauteur d’enfant, la terrible et merveilleuse histoire d’amour entre une femme fantasque et un homme qui a décidé d’enchanter sa vie.

en-attendant-bojangles-223x330La petite famille vit dans un appartement extraordinaire et aucune journée ne ressemble à la précédente. La mère change de prénom au gré des circonstances, le père invente des métiers qu’il n’a jamais exercé, l’enfant s’amuse avec Mademoiselle Superfétatoire, une grue de Numidie ramenée d’un voyage et manque régulièrement l’école où il n’apprend pas grand chose. Et quand rien ne va plus, ils partent tous ensemble dans un château en Espagne. La vie est un tourbillon magique, rythmée par la chanson de Nina Simone « Mr Bojangles » sur laquelle les parents dansent tout le temps.

Mais peu à peu, les excentricités de la mère du narrateur deviennent inquiétantes, et la folie guette. Elle doit bientôt être internée.

Les médecins nous avaient expliqué qu’il fallait la protéger d’elle-même pour protéger les autres. Papa m’avait dit qu’il n’y avait que les médecins de la tête pour sortir des phrases pareilles. Maman était installée au deuxième étage de la clinique, celui des déménagés du ciboulot. Pour la plupart, le déménagement était en cours, leur esprit partait petit à petit, alors ils attendaient calmement la fin du nettoyage, en mangeant des médicaments. Dans le couloir, il y avait beaucoup de gens qui semblaient pleins et normaux à l’extérieur, mais qui en fait étaient presque vides à l’intérieur.

En attenant Bojangles dégage un charme singulier qui tient à la fois à l’excentricité des personnages et à la manière décalée qu’a ce petit garçon de raconter son histoire. L’écriture d’Olivier Bourdeaut charme et enchante, et même quand l’histoire prend un tour tragique, la magie de l’amour demeure.

Une très belle découverte!

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éditions Finitude. 

Publicités

14 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. sylire dit :

    Cela me paraît original comme histoire. C’est la couverture qui t’a attirée ? 😉

    1. @ Sylire : ah oui, j’aimerais bien avoir ces belles cuisses de danseuse! 😉

  2. jerome dit :

    J’ai bien aimé aussi. Il y a du Boris Vian chez cet auteur, non ?

    1. @ Jérôme : oui, tu as raison, il y a du Vian dans cette douce folie qui corrompt la routine quotidienne…

  3. aifelle dit :

    Impossible de ne pas noter après ton billet et la couverture !

    1. Il vaut vraiment le détour, ce petit roman. Des personnages très attachants, une plume qui virevolte, et beaucoup d’émotion!

  4. keisha41 dit :

    J’ai beaucoup aimé (belle couverture aussi) Mon billet paraitra en son temps (pourquoi tant de sorties en même temps? ^_^)

    1. Mais parce qu’il parait aujourd’hui!

  5. noukette dit :

    J’ai adoré aussi ! Un vrai bonbon !

    1. @ Noukette : oui, une très belle histoire!

  6. Leiloona dit :

    Oui, un charme singulier … un roman qui restera longtemps en moi, l’histoire suit son lecteur.

    1. @ Leiloona : une belle surprise pour tout le monde, je crois, d’après les différents avis lus ici et là…

Votre mot à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s